C’est une nouvelle affaire dont l’Eglise valaisanne se serait bien passée. En août dernier, lors de la célébration d’ordination d’un membre de la congrégation du Grand-Saint-Bernard, un chanoine accusé de pédophilie a concélébré la messe, révélait Le Nouvelliste. Présent lors de cette cérémonie, l’évêque du diocèse de Sion, Mgr Jean-Marie Lovey n’a pas réagi. Ses excuses sont arrivées tardivement, une fois l’affaire révélée par la presse. Le tollé n’a pas pu être évité. Et il renforce les interrogations: l’Eglise est-elle pleinement consciente de la gravité de la problématique ou est-elle déconnectée de la réalité? Mgr Lovey assure que «la prise de conscience est sérieuse». Il en veut pour preuve la communication faite ce vendredi auprès des agents pastoraux et des prêtres du diocèse de Sion. Le document envoyé leur indique de façon détaillée les attitudes à adopter s’ils devaient être mis au courant d’accusations d’abus sexuels au sein de l’Eglise. Mais est-ce seulement suffisant? Interview.