L’année dernière, Mia et Noah étaient de nouveau les prénoms le plus souvent donnés aux nouveau-nés en Suisse. En deuxième et troisième places du classement 2016 figurent Emma et Elena pour les filles, Liam, Gabriel et Luca pour les garçons.

Noah en tête pour la quatrième année consécutive

Ce palmarès a été publié lundi par l’Office fédéral de la statistique (OFS). C’est la quatrième année consécutive que Noah arrive en tête du classement masculin. Sur les 44 932 garçons nés en 2016, 477 ont reçu ce prénom. Côté féminin, on compte 488 Mia parmi les 42 951 filles nées l’année dernière.

En Suisse romande, Gabriel et Emma occupent de nouveau le haut du podium. Ce sont les prénoms préférés des Romands depuis 2011. En Suisse alémanique, Mia et Noah arrivent à la première place. Au Tessin, ce sont Leonardo et Sofia qui ont la cote et dans la région linguistique romanche Laurin et Valentina.

Lire aussi: Votre prénom influence-t-il votre carrière?

Alors que les derniers élèves romands reprendront le chemin de l’école lundi prochain, de nombreux Gabriel et Emma fêteront leur première rentrée. En effet, Gabriel et Emma étaient déjà les prénoms les plus populaires en Suisse romande en 2013.

Les enseignants peuvent également s’attendre à avoir plusieurs Chloé et Léa dans leur classe. Les Liam et les Théo ne devraient pas être rares non plus.

Daniel et Maria chez les adultes

Parallèlement aux prénoms des bébés, l’OFS publie également un palmarès pour la population suisse. Les Daniel sont les plus nombreux dans le pays, suivis par les Peter et les Hans. Chez les femmes, Maria fait largement la course en tête devant Anna et Ursula. En Suisse romande, Maria reste numéro un, tandis que Daniel est détrôné par Jean.

Les prénoms qui figurent dans le haut du classement ont été populaires pendant longtemps ou étaient appréciés durant les années de forte natalité, commente l’OFS. Et d’ajouter que les prénoms à la mode il y a cinquante ans ne le sont plus actuellement. Seuls Daniel, Thomas et Maria sont attribués plus de 100 fois par année. A l’inverse, les prénoms les plus appréciés aujourd’hui étaient rares il y a un demi-siècle.