C’est la chienlit au sein de la justice pénale suisse. Le procureur général Michael Lauber, déjà en pétard contre l’autorité de surveillance qui a osé critiquer ses méthodes, attaque désormais le président de la Cour des plaintes en lui reprochant sa partialité.