Sur l’étendage, le linge sèche au soleil. Même si l’on se trouve à près de 1600 mètres d’altitude, la chaleur est étouffante en cette fin de juillet à Glarey, à quelques encablures du col du Sanetsch. Sur la terrasse du chalet, Prune, Persil et Ciboulette, les trois poules accompagnées du coq Titus nous accueillent, juste avant que Michèle ne sorte du mayen. Jean-François, lui, est venu à notre rencontre quelques centaines de mètres plus bas, sur la route en terre, pour nous indiquer le chemin.