Micheline Calmy-Rey poursuit son engagement sur tous les fronts à propos de la guerre en Irak. Le Département des affaires étrangères va publier dès aujourd'hui une liste sur le nombre des victimes civiles.

Accessible sur Internet, cette liste sera établie sur la base de différentes sources. L'intention est de montrer, a déclaré Micheline Calmy-Rey au SonntagsBlick, combien cette guerre est affreuse et à quel point elle n'est pas propre, les guerres actuelles faisant beaucoup plus de victimes civiles que militaires. A Genève, une deuxième rencontre d'experts aura lieu mercredi pour coordonner l'aide humanitaire.

Walter Fust, directeur de la DDC (Direction du développement et de la coopération), a exprimé à ce sujet la préoccupation de ne pas laisser le processus de l'aide humanitaire se concentrer entièrement aux Nations unies à New York.

Dans la dernière livraison de la NZZ am Sonntag, il plaide pour un plus grand engagement au service du droit humanitaire. Genève devrait donner une impulsion intellectuelle et devenir le centre d'un véritable réseau pour la promotion du droit international public, propose-t-il.

Micheline Calmy-Rey serait prête à examiner la création d'une plate-forme qui regrouperait dans ce but les milieux politiques, les organisations d'entraide, les milieux scientifiques, les médias et la société civile. Il n'y a pas besoin, assure Walter Fust, d'une nouvelle institution, ce qu'il faut c'est promouvoir des rencontres.

La ministre des Affaires étrangères nourrit par ailleurs d'autres projets dans une autre région troublée du monde, révèle toujours le SonntagsBlick. Elle fera en mai son premier grand voyage en Asie, qui la mènera de Chine en Corée du Nord et en Corée du Sud et devrait être l'occasion d'un geste très symbolique.

Micheline Calmy-Rey devrait traverser, à pied, la ligne de démarcation entre ces deux pays. Elle serait conduite d'un côté de cet obstacle pratiquement infranchissable par les Nord-Coréens et accueillie de l'autre par les Sud-Coréens. Rappelons que la Suisse est physiquement présente sur la ligne de démarcation, puisqu'elle fait partie de la commission d'armistice.

Ce projet hautement symbolique, qui montrerait à quel point la Suisse est considérée dans la région, est en préparation depuis plusieurs mois, et a en été mis en route lorsque Joseph Deiss était chef du Département.