La voie des négociations bilatérales avec l’Union européenne est de plus en plus difficile, a affirmé mardi la conseillère fédérale Micheline Calmy-Rey. Les 27 pays membres de l’UE «commencent en à avoir assez» des demandes particulières de la Suisse, a-t-elle dit.

«Ils commencent à en avoir assez de la Suisse qui demande tout le temps des solutions particulières sur chaque sujet. Cela leur coûte cher et pour la Suisse ce n’est pas facile, avec 27 Etats en face de nous», a déclaré la cheffe du Département fédéral des Affaires étrangères (DFAE), lors d’une conférence organisée par l’Institut européen de l’Université de Genève.

«La voie des bilatérales n’est pas un chemin parsemé de pétales de rose. Cela devient de plus en plus complexe et l’on prend le risque de se perdre dans les détails et de ne plus voir l’ensemble», a ajouté Mme Calmy-Rey devant un auditoire de plus de 500 personnes. «Nous avons encore la capacité de défendre nos intérêts, mais les choses changent rapidement», a-t-elle averti