Le parlement genevois a adopté jeudi soir en urgence deux lois favorisant le développement des transports dans et autour du canton. Elles concernent l’étude et la construction d’infrastructures sur la ligne ferroviaire Lausanne-Genève-Aéroport, ainsi que les premières réalisations liées au projet d’agglomération franco-valdo-genevois.

Ces projets, selon les textes présentés au Grand Conseil, «reflètent les besoins de la région, qui est parmi les plus dynamiques d’Europe au plan économique. Cette attractivité se traduira en termes démographiques, puisque l’on envisage, à l’horizon 2030, 200’000 habitants supplémentaires et 100’000 emplois créés dans la région.» Les CFF prévoient l’augmentation de 120% de leur clientèle entre Lausanne et Genève d’ici 2030.

Les investissements envisagés par les deux lois sont considérables: 169 millions pour les infrastructures ferroviaires (dont 120 millions pourraient être pris en charge par la Confédération); 149 millions pour les routes prévues dans le projet d’agglomération (dont 51 millions à la charge de la Confédération); 166 millions pour de nouveaux trams, dont 66 millions pourront être couverts par des subventions fédérales. Soit, au total, quelque 484 millions de francs.

Sont prévus en particulier: le doublement du nombre de places assises dans les trains entre Lausanne et Genève, des trains tous les quarts d’heures entre les deux villes, de nouvelles voies entre Lausanne et Renens et entre Renens et Allaman pour permettre le dépassement des trains lents par les trains rapides, l’augmentation des capacités des gares de Cornavin et Genève-Aéroport.

A Genève même, le projet prévoit le prolongement du tram vers Bernex et le Grand-Saconnex, le développement des trolleybus et transports publics vers les Communaux d’Ambilly, à la frontière française, la réalisation d’une «voie verte» au-dessus du train Genève-Annemasse (CEVA), des pistes cyclables, le réaménagement de la route suisse qui long le lac Léman vers le canton de Vaud, ainsi que la réalisation d’une nouvelle route dite «des Nations» dans le secteur des organisations internationales. Elle créera une liaison directe entre elles et l’autoroute, et pénétrera depuis le Nord à travers la commune de Pregny-Chambésy.

Afin de ne pas risquer de perdre le cofinancement – à hauteur de 40% – de la Confédération pour le trafic d’agglomération, les députés ont adopté quasiment sans débat la loi élaborée en commission. Quant au texte relatif aux infrastructures ferroviaires bénéficiant ou pouvant bénéficier de financements fédéraux, il a été accepté à l’unanimité.

De son côté, le Grand Conseil vaudois devrait voter des avances et des prêts sans intérêts à la Confédération pour l’amélioration de la ligne CFF Lausanne-Genève mardi prochain.