Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
Pierre Maudet

Genève

Le Ministère public veut poursuivre Pierre Maudet

Selon les premiers éléments de l’enquête, le conseiller d’Etat aurait menti sur les contours de son voyage à Abu Dhabi. Il aurait été invité très officiellement par le prince héritier de l’émirat pour assister à un grand prix de formule 1

Les choses se corsent pour Pierre Maudet. Le Ministère public genevois communique ce jeudi sa volonté de poursuivre le président du gouvernement. Une demande d’autorisation est déposée en ce sens devant le Grand Conseil, qui doit donner son aval pour une mise en prévention.

Lire aussi: L’affaire Maudet met le monde politique genevois en ébullition

Selon les premiers éléments de l’enquête, le conseiller d’Etat Pierre Maudet, en sa qualité expressément mentionnée de conseiller d’Etat, sa famille et son chef de cabinet ont été formellement invités à Abu Dhabi par le cheik Mohammed Bin Zayed al-Nahyan, prince héritier de l’émirat, pour assister à un grand prix de formule 1. La Maison du prince héritier a pris à sa charge le coût des vols en classe affaires et l’hébergement, soit un montant de plusieurs dizaines de milliers de francs.

Version arrangée

Le parquet précise en outre que le dénommé Saïd Bustany «n’a joué aucun rôle dans le financement du voyage, sa mention ayant été décidée par les intéressés en 2018, dans le but de dissimuler la véritable source de financement». En d’autres termes, cette histoire d’ami d’un ami aurait été inventée de toutes pièces.

Toujours selon le Ministère public, «des personnes et sociétés actives à Genève dans l’immobilier, en contact régulier avec Pierre Maudet et son chef de cabinet, ont activement pris part à la mise sur pied de ce voyage».

Ces éléments, qui diffèrent très sensiblement des informations données par Pierre Maudet et son chef de cabinet au Ministère public, ont conduit ce dernier à ouvrir formellement l’instruction contre le chef de cabinet et à souhaiter entendre le conseiller en qualité de prévenu d’acceptation d’un avantage. A teneur de la loi, il faut l’autorisation du parlement pour poursuivre un conseiller d’Etat pour des infractions commises dans l’exercice de ses fonctions.

Lire aussi: Le parlement genevois réprouve le voyage de Pierre Maudet

Publicité
Publicité

La dernière vidéo suisse

Des gilets à 3000 francs pour l'armée suisse? Le débat divise le parlement

Le Conseil national a refusé de suivre l'avis du Conseil des Etats. Celui-ci voulait réduire de moitié la facture des nouveaux gilets de l'armée suisse. Il a été convaincu par les arguments du chef du DDPS, Guy Parmelin. La question reste donc en suspens.

Des gilets à 3000 francs pour l'armée suisse? Le débat divise le parlement

n/a