Après analyses, la mise à mort d’un loup dans la région de Schattenberge - Augstbord, entre les communes d’Ergisch et Unterbäch, dans le Haut-Valais, a été ordonnée par le conseiller d'Etat valaisan Frédéric Favre. L'animal a tué un total de 28 animaux de rente en situation protégée dans la zone de surfaces agricoles utiles.

«Les conditions pour le tir de ce prédateur sont donc remplies» selon l’ordonnance fédérale révisée sur la chasse, écrit lundi en fin d'après-midi le département de la sécurité, des institutions et du sport dans un communiqué.

Lire aussi: «Il faut arrêter de mettre le loup sur un piédestal»

Les nouvelles dispositions, entrées en vigueur le 15 juillet 2021, autorisent les autorités cantonales à ordonner un tir à partir de dix ovins ou caprins tués sur une période de quatre mois sur des alpages protégés ou non protégeables. Auparavant, cette limite était fixée à quinze ovins ou caprins.

Une seule région concernée

Selon le Service de la chasse, de la pêche et de la faune (SCPF), compétent en matière de régulation des espèces protégées et le service de l'agriculture compétent en matière de protection des troupeaux, le canidé a tué 28 animaux de rente en situation protégée sur plusieurs parcelles de surfaces agricoles utiles (SAU). Selon le SCPF, la présence d’un loup isolé est attestée.

Lire également: A l’alpage, des bergers bénévoles se préparent à protéger les vaches du loup

La décision de tir sera publiée dans le Bulletin officiel. L’autorisation est valable 60 jours, «aussi longtemps que des animaux de rente se trouvent dans le périmètre de tir et que le potentiel de dommages subsiste». A l’heure actuelle, dans les autres régions du canton, les conditions ne sont pas réunies pour que l’Etat ordonne un tir, précise encore le département.