Vaud

Mise en service du nouveau terminal de l’aéroport de Payerne

Les nouvelles infrastructures de l’aéroport de Payerne, destinées prioritairement au voyage d'affaires, ont été mises en exploitation ce vendredi. Des retombées économiques favorables sont espérées pour toute la région

Environ vingt ans après les débuts de l’aventure, l’aéroport de Payerne (VD) est fin prêt. Il a mis officiellement en exploitation vendredi son nouveau terminal d’aviation d’affaires.

Payerne Airport dispose désormais de toutes les infrastructures et autorisations pour se développer. Construit par Speedwings en partenariat avec la commune de Payerne et avec l’appui du canton, le nouveau bâtiment fait 177 mètres de long et 100 000 m³, pour un coût global de quelque 30 millions de francs.

Un dispositif complet

Hangars pour les avions, salons d’accueil pour les passagers, douanes, business center avec bureaux, salles de conférences, salles de repos, etc.: le dispositif, qui représente la 3e étape de la réalisation de l’aéroport civil, se veut aussi complet que possible.

Lire aussi: Damien Piller, le bâtisseur du nouveau Fribourg

«Il s’agit d’un grand jour», s’est félicité Damien Piller, président de Speedwings. La mise en exploitation de cette infrastructure «ouvre de nouvelles perspectives économiques pour le développement de toute la région», a-t-il affirmé, selon le communiqué.

Les avantages de Payerne Airport sont nombreux, selon ses promoteurs. Proche de Lausanne, Fribourg, Berne ou Neuchâtel, il est à côté de l’autoroute. De plus, des terrains sont prêts à accueillir encore de nouvelles constructions. Environ 8400 mouvements civils sont autorisés par année, mais il ne devrait pas y avoir d’avions gros-porteurs pour le tourisme.

Jusqu’à 2000 nouveaux emplois espérés

«Le projet Aéropôle constitue un poumon économique essentiel afin d’implanter des entreprises et de créer des emplois dans la Broye», a relevé la syndique de Payerne Christelle Luisier. «La Broye peut être fière de ce nouveau et prometteur fleuron industriel», s’est enthousiasmé Pierre-André Arm, directeur de la Coreb.

Une vingtaine de nouveaux postes de travail ont été créés dans un premier temps. A l’avenir, entre 1500 et 2000 emplois sont espérés grâce à ces nouvelles infrastructures.

Publicité