La décision du Secrétariat d’Etat aux migrations (SEM) de renvoyer un jeune couple irano-afghan en Iran relance la question des mariages forcés dans la politique d’asile suisse. Mariam et Arash (prénoms d’emprunt), qui craignent d’être persécutés par leurs familles et dont l’histoire rappelle celle de Roméo et Juliette, attendent que le Tribunal administratif fédéral (TAF) tranche.