Énergie

La modernisation du réseau à haute tension coûtera entre 16 et 30 milliards

Le Conseil fédéral met en consultation un projet visant à cadrer la procédure de rénovation et d’extension des lignes électriques. Leur enfouissement coûtera à lui seul entre 6 et 10 milliards de francs

De 16 à 30 milliards pour acheminer l’électricité

Energie Le Conseil fédéral fixe des règles pour moderniser les lignes électriques

Leur enfouissement coûtera à lui seul entre 6 et 10 milliards de francs

Il ne sert à rien de remplacer l’énergie nucléaire, produite sur cinq lieux géographiques, par des ressources renouvelables provenant de sites décentralisés comme le prévoit la Stratégie énergétique 2050 si, en parallèle, on ne modernise pas le réseau de transport d’électricité. La conseillère fédérale Doris Leuthard l’a relevé encore récemment dans ces colonnes: «Le réseau doit être modernisé et doté de capacités suffisantes. Ces dix dernières années, on n’a construit que 130 kilomètres alors qu’il en aurait fallu 1000», a-t-elle déclaré (LT du 08.11.2014).

Parallèlement à l’examen par le Conseil national de la Stratégie énergétique 2050, le Conseil fédéral a mis en consultation vendredi un avant-projet visant à créer le cadre réglementaire pour développer les réseaux électriques en Suisse. Les enjeux sont considérables. L’infrastructure est en bonne partie âgée de plus de 40 ans, le réseau doit être élargi et il est nécessaire de prévoir la multiplication des points d’injection du courant en raison de la décentralisation de la production.

Les coûts prévus sont faramineux. La rénovation du réseau devrait coûter quelque 4 milliards d’ici à 2030. Les projets d’extension nécessaires à l’horizon 2050 exigent un investissement de 2,3 à 2,7 milliards. L’intégration des points de production de courant vert pourra, selon les scénarios qui seront retenus, coûter entre 3,9 et 12,6 milliards.

Il faut ajouter à cela la volonté croissante d’enfouissement des lignes électriques, comme le demandent les riverains de la nouvelle ligne à haute tension projetée par la société nationale du réseau Swissgrid entre Chamoson et Chippis, en Valais. Selon le scénario qui sera choisi, la facture de l’enterrement des lignes électriques oscillera entre 5,9 et 10,5 milliards d’ici à 2050. Faites le total: l’entretien, la modernisation et l’extension du réseau de transport de l’électricité coûteront entre 16 et 30 milliards de francs ces quarante prochaines années. L’Office fédéral de l’énergie confirme ces chiffres. «Une grande partie de ces coûts sera nécessaire indépendamment de la Stratégie énergétique 2050 et les coûts dépendront du développement des technologies intelligentes dites smart grid», précise cependant sa porte-parole, Marianne Zünd. Les réseaux intelligents incluent par exemple des systèmes automatiques d’information, de captage et de calcul des données et de stockage.

Les coûts pourront être répercutés sur les prix, en partie du moins. La rémunération d’utilisation du réseau, estimée à 10 ct./kWh par ménage en moyenne, augmenterait environ de 1 ct./kWh par ménage. L’enfouissement pourrait entraîner un surcoût de 0,29 à 0,55 ct./kWh.

Le projet législatif mis en consultation jusqu’au 16 mars 2015 vise à définir les conditions dans lesquelles les réseaux et les stations électriques seront modernisés. Il oblige les exploitants à présenter des plans pluriannuels et vise à assurer le raccordement des centrales suisses au réseau de transport européen, à raccourcir les procédures d’autorisation, à fixer des critères contraignants pour choisir entre une ligne aérienne et une ligne souterraine et à sensibiliser un public visiblement peu informé de la nécessité d’investir dans le réseau de transport du courant. L’Association des entreprises électriques suisses (AES) salue la présentation de ce projet législatif, qu’elle qualifie de «nécessité urgente».

Pour les électriciens, il est urgent d’agir sur les réseaux et de sensibiliser le public

Publicité