Sécurité

Monique Corbaz et Pedibus, la marche à suivre

Il y a vingt ans, elle a été l’une des ferventes initiatrices du concept de «Pedibus scolaire», à Lausanne. A 66 ans, elle se bat toujours pour améliorer la vie de son quartier

Si vous résidez en Suisse romande, vous les avez très probablement croisées. Des colonnes d’enfants, encadrées de plusieurs accompagnants, chahutant doucement sur le chemin de l’école. Ce concept de ramassage scolaire pédestre et collaboratif, inspiré d’une pratique australienne, est maintenant bien connu. Et pour cause, les Pedibus soufflent leurs vingt bougies.

Pour remonter à leur origine, il faut se rendre au cœur de Montriond, dans le sud de Lausanne. C’est ici, dans ce quartier tranquille et peu densément peuplé, qu’est né le terme de Pedibus et d’ici que sont partis les premiers cortèges scolaires de la ville. A l’initiative, notamment, de Monique Corbaz, même si elle corrige d’emblée: «Vous allez parler de moi, mais ce n’est pas moi toute seule. Parlez aussi du comité de parents d’élèves qui sont coresponsables, qui s’entraident, sans qui on ne continuerait pas.» Dont acte.