Au bord du Léman, la répartition régionale des maisons de jeu annoncée le 23 décembre par le Conseil fédéral a surpris. Le canton de Vaud s'y trouve divisé en deux zones inégales. Rattaché à Genève, Neuchâtel, Fribourg et Jura, «Vaud-Ouest» bénéficierait d'un grand casino, alors que «Vaud-Est», rattaché au Valais, n'aurait droit qu'à un Kursaal. Il n'en a pas fallu plus pour imaginer que les dés étaient pipés et que Lausanne avait d'ores et déjà battu Montreux.

Le Temps: La séparation annoncée condamne-t-elle Montreux à n'avoir qu'une simple salle de jeu?

Benno Schneider: Non, l'idée directrice était d'avoir une unité régionale valaisanne englobant l'est vaudois, mais il n'y a pas à ce stade de ligne de démarcation précise. Montreux peut très bien être incorporé à la région ouest, avec la chance d'avoir un grand Casino. Cela dépend des dossiers qui viendront.

– Qui tranchera?

– Le Conseil fédéral, à partir des propositions de la commission que je préside.

– Qui compose cette commission?

– Nous sommes sept membres dont deux représentants romands, Gérald Schaller, ministre de la Justice et des Finances du canton du Jura et Chantal Balet-Emery, directrice de la Société pour le développement de l'économie suisse à Genève.

– Les Romands se sont mis d'accord pour que leur seul grand Casino soit dans le canton de Vaud. Quel poids aura le préavis vaudois?

– Tout à fait formellement, il s'agira toujours d'un préavis dont la commission et le Conseil fédéral peuvent s'écarter. On peut même imaginer que le canton de Vaud ne tranche pas entre Lausanne et Montreux, et nous refile la «patate chaude». Mais j'espère sincèrement que les cantons concernés auront le courage politique de choisir, et que ma commission manifestera ce même esprit de décision en faisant des propositions tranchées au Conseil fédéral.

Propos recueillis par L.B.