Moritz Leuenberger admet n'avoir pas dit la vérité concernant le paiement de rançons pour les otages: «Si un otage est libéré, il y a probablement eu paiement», déclare l'ancien conseiller fédéral, âgé de 74 ans, dans la NZZ am Sonntag.

«Il n'est pas écrit "rançon" sur le bulletin de versement, mais des dépenses sont débitées quelque part», dit l'avocat et politicien socialiste. Membre du gouvernement suisse de 1995 à 2010, Moritz Leuenberger a été deux fois président de la Confédération et a dirigé le Département de l'environnement, des transports, de l'énergie et des communications.

Interrogé sur le fait qu'il n'a pas dit la vérité jusqu'ici, l'ancien ministre répond: «Nous avons toujours nié avoir payé des rançons pour la libération d'otages», pour de bonnes raisons, dit-il, car la Suisse voulait empêcher d'autres prises d'otages.


RelireCrise des otages de 2009: le spectre de la rançon Dans cet article de 2014, le DFAE répétait qu'il ne payait jamais de rançon, démentant une enquête du New York Times selon laquelle la Suisse aurait versé en 2009 près de 12,4 millions de dollars pour libérer deux de ses ressortissants, le couple zurichois Gabriella et Werner Greiner, des griffes d’Al-Qaida. 


«Un mensonge légitime»

«Si vous expliquez ce comportement au public, c'est accepté comme un mensonge légitime», affirme M. Leuenberger, ajoutant que les mensonges ont une place dans la société. «Le mensonge est un lubrifiant social, ou peut protéger les intérêts légitimes de tiers. Coller à la vérité peut parfois causer plus de tort que mentir», dit-il.

Officiellement, le Département fédéral des affaires étrangères (DFAE) a jusqu'ici toujours déclaré que la Suisse ne payait pas de rançon pour la libération des otages. Des rumeurs ont toutefois régulièrement circulé concernant le versement de sommes d'argent.

Cela a été le cas notamment en 2009 lors de la libération de deux touristes suisses enlevés par le groupe terroriste «Al-Qaïda au Maghreb islamique» entre le Mali et le Niger, et la même année pour celle d'un membre suisse du Comité international de la Croix-Rouge (CICR) kidnappé dans le sud des Philippines.