Justice 

Mort in utero d'un bébé lors du renvoi d'une réfugiée syrienne: le garde-frontière reconnu coupable

Un douanier suisse était accusé d’être responsable de la mort du bébé que portait une réfugiée syrienne de 22 ans. Le tribunal militaire l'a reconnu coupable ce jeudi

Un garde-frontière a été reconnu coupable ce jeudi de la mort d’un enfant à naître d’une Syrienne. Cette femme avait fait une fausse couche durant son renvoi en Italie en 2014 car il lui avait refusé une aide médicale.

Le Tribunal militaire 4, à Berne, a condamné l’homme à une peine privative de liberté de 7 mois et à une peine pécuniaire de 60 jours amendes à 150 francs. Les deux sanctions sont assorties du sursis. Le garde-frontière a été reconnu coupable de lésions corporelles par négligence, de tentative d’interruption de grossesse et de violations répétées des prescriptions de service.

Lire aussi: Un douanier sur le banc des accusés

La famille de réfugiés syriens avait été interceptée à la frontière franco-suisse début juillet 2014. En compagnie d’un groupe de réfugiés, elle tentait de gagner la France depuis l’Italie.

Les réfugiés avaient été contraints de prendre place dans un bus afin d’être refoulés en Italie par Brigue (VS). Durant le trajet, la femme enceinte de sept mois s’était plainte de douleurs au bas-ventre. Ces douleurs avaient été suivies de saignements.

 

Publicité