Pour le directeur de l'hôpital de Moudon, Robert Meier, l'initiative des hôpitaux de proximité est une planche de salut: «C'est notre seule chance de conserver une activité de soins.» Au 1er janvier prochain, Moudon qui compte 34 lits de soins aigus, 18 lits gériatriques et 75 postes de travail devrait devenir un pur établissement médico-social d'une cinquantaine de lits. La maternité, elle, fermera le 1er octobre. Moudon s'accroche à l'espoir de pouvoir défendre devant le Grand Conseil le maintien de lits aigus pour la médecine de proximité, avec une salle conservant les opérations programmées, voire un projet plus restreint d'hôpital gériatrique.

«Mais il ne faut pas limiter l'initiative à notre cas, insiste Robert Meier, ce qui est en jeu, c'est la possibilité d'avoir un vrai débat de planification sanitaire.»

L. B.