Election

Moutier reste en mains autonomistes

Le PDC Marcel Winistoerfer, successeur de Maxime Zuber, a obtenu 70,9% des suffrages. Les partisans du transfert de Moutier dans le Jura jubilent

Le camp autonomiste jubile à Moutier. Même si l'élection du PDC Marcel Winistoerfer à la mairie, pour succéder à l'emblématique socialiste Maxime Zuber, propulsé au rectorat de la HEP-Bejune, n'est pas une surprise - le camp séparatiste détient la présidence depuis 30 ans -, l'ampleur du score suscite l'enthousiasme. A un an de la votation décisive de la ville sur son appartenance cantonale.

L'autonomiste Marcel Winistoerfer, enseignant de 59 ans, l'a emporté avec 1696 voix (70,9%) contre 695 à son contradicteur hors-parti, mais adversaire du transfert cantonal, Francis Pellaton (29,1%). La participation s'élève à 58,7%. Il y a aussi quelque 250 bulletins blancs et nuls, a ranger certainement dans le camp probernois, certains électeur refusant de soutenir l'inexpérimenté Francis Pellaton.

Considérée comme une répétition générale avant le vote d'autodétermination du 18 juin 2017, cette élection renforce le camp séparatiste. On se compte sans cesse à Moutier. En 2002, le socialiste Maxime Zuber avait été réélu avec 82%. Mais avec seulement 60% en 2010, face à la socialiste loyaliste bernoise Marcelle Forster. En 2014, les autonomistes ont encore réduit leur influence, à 58%, et 55,4% lors du vote de novembre 2013.

Il est délicat de transposer l'élection du maire au vote d'autodétermination, ce d'autant qu'on attend une participation supérieure à 80% en 2017. Il n'empêche, en franchissant la barre des 70% ce dimanche, le camp autonomiste sort renforcé. 

Publicité