La pression est montée d’un cran à Moutier depuis le lundi 8 mars. Et c’est un euphémisme. Ce jour-là coïncidait avec l’envoi du matériel de vote. Procédure inédite, des enveloppes ont été remises nommément en mains propres par des émissaires de la Confédération, notamment dans les EMS. Pour ne pas revivre le fiasco de l’invalidation du scrutin de juin 2017, la votation de dimanche sera la plus contrôlée de l’histoire suisse. Une surveillance à la hauteur de l’enjeu. Ce 28 mars 2021, ce sera la 8e fois depuis 1959 que la population de cette ville industrielle de 7500 âmes, enserrée dans les montagnes mais écartelée entre la crosse et l’ours, se prononcera sur son appartenance cantonale. Et il doit s’agir de l’ultime acte.

Lire aussi: Moutier: 2017-2021, le jeu des différences