Vote

Moutier, ville du canton du Jura

Après une longue attente et un scrutin compté deux fois, le résultat est tombé ce dimanche, en fin de journée: la ville rejoint le canton du Jura, à 51,72% des voix. Le résultat est définitif

Effusions dans les rues. Ce dimanche, Moutier devient une ville du canton du Jura. A l'issue d'une campagne parfois tendue, les citoyens ont choisi dimanche à une majorité de 51,72% de quitter le canton de Berne pour rejoindre celui du Jura. Le choix des Prévôtois constitue l'épilogue de la Question jurassienne, selon les principaux responsables.

Le résultat du vote a été validé par les observateurs fédéraux chargés de contrôler la procédure, malgré une poignée de cas litigieux. «Nous avons pu travailler dans d'excellentes conditions», a dit le chef des observateurs Jean-Christophe Geiser.

Notre chronologie illustrée: La Question jurassienne de 1947 à 2017

Un résultat définitif

Quelques situations litigieuses ont été recensées – par exemple des personnes décédées qui figuraient dans le registre des électeurs –, mais elles n'atteignent même pas une dizaine, a précisé M. Geiser sur les ondes de la radio RTS. Elles ne remettent pas en question le résultat, qui est définitif. Un cas de fraude a en outre été détecté, a ajouté le chef des observateurs fédéraux.

Ces cas litigieux ont été découverts grâce au contrôle plus sévère des bulletins décidé par l'Office fédéral de justice (OFJ) après des soupçons d'irrégularités, a expliqué Jean-Christophe Geiser. Ce contrôle plus sévère a retardé l'annonce du résultat.

Déception résignée

Le camp pro-bernois accepte le résultat du vote qui voit Moutier rejoindre le canton du Jura. Président de Force démocratique, Jean-Pierre Graber a déclaré , «un petit peu déçu», à la radio RFJ, qu'il "accepte un résultat relativement clair".

Dans un communiqué, le Conseil du Jura bernois (CJB) "prend acte" du vote de Moutier sur son appartenance cantonale. Le CJB "tient à faire part de son respect de la volonté populaire". Le CJB "salue l'aboutissement d'un exercice démocratique complexe" et souligne qu'il s'agit là de la fin d'un long processus menant à la conclusion politique de la Question jurassienne.

Reconstruire un vivre-ensemble

Le CJB invite désormais tous les habitants à se rassembler et à s'atteler dès à présent à la reconstruction d'un vivre-ensemble dépassant les clivages de la Question jurassienne permettant d'envisager un avenir serein au sein de la République et canton du Jura.

Jean-Pierre Graber a par ailleurs déclaré que Force démocratique allait vraisemblablement se dissoudre. Il attend encore les votes communalistes de Belprahon et Sorvilier.

Foule en liesse

Réunis à la gare de Moutier, les Jurassiens ont laissé éclater leur joie à l'annonce des résultats longuement attendus sous un soleil de plomb. Applaudissements, cris et pétards ont retenti sur la Place Roland-Buéguelin.

Les bouchons de champagne ont explosé lorsque Chantal Mérillat, présidente prévôtoise du Mouvement autonomiste jurassien (MAJ) a déclaré «c'est sûr, on a gagné». «On est chez nous», ont répondu les centaines de militants présents, faisant aller leurs drapeaux aux couleurs du canton du Jura.

«Moutier écrit l'histoire»

«Le gouvernement jurassien vient d'envoyer un message de félicitations», a ajouté Mme Mérillat à la tribune devant un panneau indiquant «Moutier écrit l'histoire». Les militants pro-Jurassiens ont ensuite entonné tous ensemble la Rauracienne, l'hymne du Jura. Ils se sont donné la main comme le disent les paroles de la chanson.

Le nombre de bulletins valables s'est élevé à 3997, celui des blancs à 45. Le choix des Prévôtois doit constituer l'épilogue de la Question jurassienne. Un recours de la part des partisans du «non» contre le résultat des urnes reste toujours possible même si personne ne souhaite que la Question jurassienne ne se déplace devant les tribunaux, prolongeant ainsi la période d'incertitude.

Scrutin émotionnel

Des mesures exceptionnelles ont été prises pour éviter des irrégularités lors de cette votation hautement émotionnelle. Des observateurs fédéraux ont surveillé le bureau de vote et suivi les opérations de dépouillement.

Si la campagne en vue du vote du 18 juin avait démarré de façon timorée, les esprits se sont échauffés ces derniers jours avec des accusations de propagande et de tricherie formulées par les deux camps sur les réseaux sociaux. La tension est aussi montée entre les gouvernements jurassien et bernois. 

A lire:  Moutier, guerre des clans sur Facebook

Changement de frontière

Le «oui» de Moutier n'entraînera pas de modifications territoriales dans l'immédiat. Les gouvernements jurassien et bernois vont à présent enclencher le processus pour concrétiser le transfert de la cité prévôtoise. Le changement de canton ne devrait être effectif qu'au 1er janvier 2021.

Les citoyens des villages de Belprahon (BE) et de Sorvilier (BE) se prononceront le 17 septembre prochain sur leur appartenance cantonale. Ces deux communes avaient déposé auprès de la chancellerie cantonale une demande de vote communaliste.

Moutier avec ses 7700 habitants constitue un cas à part dans le conflit jurassien. Lors des plébiscites de 1974 et 1975, qui ont abouti à la création du canton du Jura, la cité prévôtoise avait choisi son maintien dans le canton de Berne. Mais depuis plusieurs décennies, les citoyens élisent des autorités autonomistes.

Corbeille de marée du Jura à la Ville de Moutier

Le canton du Jura a pris une série d'engagements pour accueillir Moutier (BE) dans les meilleures conditions. L'offre de rattachement prévoit que la cité prévôtoise devienne un pôle urbain d'intérêt cantonal, compte sept députés sur 60 et obtienne 172 postes de fonctionnaires.

Le message du canton du Jura aux citoyens prévôtois prévoit que la Ville de Moutier accueille des unités de l'administration publique. Les autorités souhaitent y installer le Service des contributions, le Contrôle des finances, le Service de l'informatique, le Tribunal des mineurs et l'Office des sports.

Les autorités jurassiennes vont aussi intégrer la prison régionale de Moutier au développement des établissements pénitentiaires du canton. La cité prévôtoise accueillera aussi un poste de la police cantonale. Elle pourra si elle le souhaite se doter à nouveau d'une police municipale.

Lire notre éditorial:  Moutier, la page doit se tourner

Plus de 170 emplois

Le canton du Jura entend maintenir un Office régional de placement et y créer une recette de district. Il pourra aussi ouvrir un centre d'expertise de l'Office des véhicules. Ces projets conduiront à l'implantation à Moutier de 172 emplois.

L'Etat jurassien a assuré qu'il garantira un engagement dans son administration aux habitants de Moutier employés avant le transfert dans une unité prévôtoise de l'administration cantonale. Le canton du Jura garantira aussi le maintien du salaire nominal actuel de ces collaborateurs.

Le transfert de la ville la plus peuplée du Jura bernois ne doit pas plomber le porte-monnaie des habitants. La corbeille de la mariée prévoit ainsi que les démarches administratives seront simplifiées et gratuites pour les Prévôtois comme, par exemple, l'échange des plaques d'immatriculation des voitures.

Publicité