Justice

Les municipaux veveysans Michel Agnant et Jérôme Christen condamnés

Les deux élus de Vevey Libre ont bel et bien violé le secret de fonction, a estimé le Tribunal de police veveysan. Ils ont été condamnés ce mercredi à 10 jours-amendes à 80 francs avec sursis

Michel Agnant et Jérôme Christen ont bel et bien violé le secret de fonction. Les deux municipaux de Vevey ont été condamnés mercredi à une peine de 10 jours-amendes à 80 francs avec sursis pendant deux ans par le Tribunal de police de Vevey (VD).

La présidente du tribunal Anne-Catherine Page a condamné les deux élus de Vevey Libre pour une partie des faits, soit pour la transmission d’informations confidentielles à leur conseiller personnel Christophe Privet. Le procureur avait requis la veille une peine de 40 jours-amendes, tandis que les avocats des deux accusés réclamaient l’acquittement.

Affaire Girardin

Michel Agnant et Jérôme Christen étaient jugés pour avoir fourni, à partir de la fin 2017, des documents confidentiels à Christophe Privet, mais aussi à leur avocat et la commission de gestion de la Ville de Vevey. Dans ces deux derniers cas, la juge a estimé qu’il n’y avait pas lieu d’établir une violation du secret de fonction.

Lire aussi: Comment Vevey s’est enfoncée dans la crise

Les deux municipaux avaient transmis des procès-verbaux des séances de la municipalité et des documents internes en lien notamment avec l’affaire Girardin (du nom du municipal poursuivi pour gestion déloyale et abus de confiance).

Bonne foi plaidée

Mardi durant leur audition, les deux accusés ont affirmé avoir agi de bonne foi. Décrivant une ambiance délétère au sein de l’exécutif veveysan, dans lequel ils étaient incapables de se faire entendre, ils ont expliqué qu’ils avaient préféré s’en référer à des tiers, quitte à transmettre des documents confidentiels.

Pour le procureur Stephan Johner, le duo aurait dû suivre les procédures légales plutôt que d’agir dans l’ombre en contournant la collégialité. Reconnaissant que les faits n’étaient pas graves d’un point de vue pénal, il a néanmoins estimé que les deux élus méritaient une peine.

Crise dans la municipalité

Concernant cinq autres points litigieux dans cette affaire, les deux élus avaient été blanchis en août dernier, lorsque le procureur avait rendu une ordonnance de classement.

Lire aussi: Le Conseil d’Etat vaudois désavoué dans l’affaire de Vevey

Ajoutées à l’affaire Girardin, les accusations portées à l’encontre de Michel Agnant et Jérôme Christen avaient plongé Vevey dans la crise. Les deux édiles avaient été suspendus de leurs fonctions en décembre 2018 par le Conseil d’Etat, à la demande de la municipalité de Vevey. La prolongation de cette suspension avait toutefois été annulée début octobre par le Tribunal cantonal, qui avait jugé que la décision du gouvernement vaudois dérogeait au principe de proportionnalité. Les deux hommes avaient retrouvé leur poste le 9 octobre au sein du collège.

Publicité