Comme chaque année, la fête aura lieu à deux endroits du pays, pôles autour desquels se concentre l'essentiel des 1100 ressortissants suisses enregistrés au Kenya. Tandis que les uns investiront un hôtel de Mombassa, sur la côte, les autres célébreront la fête nationale à l'école hôtelière de Nairobi. En l'absence del'ambas-sadeur actuellement en vacances, c'est le deuxième secrétaire Andrea Semadeni qui le représentera dans la capitale. La réception est organisée par le Club suisse, «mais l'ambassade offre les cocktails», précise

le représentant. Et pour que leurs compatriotes ne soient pas trop dépaysés, les organisateurs n'ont pas lésiné sur les moyens: dimanche soir à Nairobi, une fois la nuit tombée, ils allumeront un vrai feu du 1er Août.

Andrea Semadeni n'a pas encore préparé son discours.

Mais, après avoir visionné la vidéo de celui de Ruth Dreifuss, il sait déjà qu'il ne parlera que très peu de la situation en Afrique noire: «Plus personne ne s'intéresse aux conflits africains. Aujourd'hui, le centre des préoccupations se trouve dans les Balkans. La solidarité avec le Kosovo a éclipsé tout le reste.». Il se contentera donc sans doute de glisser un mot, quelque chose comme «la Suisse n'oublie pas l'Afrique»

A.W.