Après avoir coupé dans le budget de l'asile, le Conseil national a accordé jeudi une augmentation dans le domaine de l'agriculture. Il a également relevé le crédit de Suisse Tourisme.

Les députés ont tacitement accepté une augmentation du budget de Suisse Tourisme de 2,375 millions de francs. Cette augmentation permet d'appliquer les décisions prises par le Parlement en automne en matière de promotion économique.

Les paiements directs et la recherche

Contre l'avis du Conseil fédéral, les députés ont donné leur feu vert à une rallonge de 3 millions pour les paiements directs à l'agriculture par 127 voix contre 63. Ils ont unanimement augmenté de 2,5 millions l'enveloppe pour l’Institut de recherche de l’agriculture biologique afin de faire face aux développements environnementaux.

Lire aussi: Les paysans mettent Guy Parmelin sous pression

La gauche soutenue par les Vert'libéraux n'auront pas réussi à augmenter les enveloppes budgétaires de l'Office fédéral de l’agriculture de l'Office fédéral des affaires vétérinaires, du Secrétariat d'Etat à l'économie et d'Agroscope. Ursula Schneider Schüttel (PS/FR) voulait ainsi permettre un réexamen plus rapide des substances actives dans le but de diminuer les risques que les produits phytosanitaires font courir aux organismes aquatiques. La proposition a été rejetée par 105 voix contre 84.

Ces études doivent être réalisées en collaboration avec l'UE, a rappelé Jacques Bourgeois (PLR/FR). Un autre rythme ne fait pas sens, a abondé le ministre des finances Ueli Maurer.

Pas plus pour les énergies renouvelables

Le National s'est rallié à la proposition du Conseil fédéral concernant la revitalisation des eaux et a rejeté une augmentation de 20 millions de francs demandée par Ursula Schneider Schüttel. Les fonds suffisent à financer les projets, ont estimé les députés par 96 voix contre 95 et 3 abstentions.

Les recherches sur les énergies renouvelables ne seront ni mieux ni moins bien dotées. Le National a refusé aussi bien une augmentation qu'une réduction s'agissant du transfert de technologie. Les 20 millions prévus suffisent à soutenir les projets courant, a rappelé le grand argentier.

Pas question non plus de toucher au Bureau fédéral de la consommation. Le National a largement décidé de rejeter la coupe de 46 000 francs demandée par l'UDC dans les moyens financiers.

Le coût des déchets nucléaires augmente

Le National a tacitement approuvé le supplément de 154,4 millions demandé par le Conseil fédéral pour le remboursement de la dette de la Confédération envers les autres sociétaires de la Société coopérative nationale pour le stockage des déchets radioactifs (Nagra).

Mattea Meyer (PS/ZH) a rappelé qu'il restait encore des questions ouvertes. Bien que cet argent soit dû, le PS regrette la précipitation. L'UDC s'est aussi montrée surprise des retards, mais ne s'est pas opposée au paiement.

Fin 2018, le Conseil fédéral a pris connaissance de nouveaux calculs relatifs aux coûts de la gestion des déchets radioactifs. Le volume des déchets incombant à la Confédération était bien plus important que prévu et que la participation de Berne aux coûts annuels de financement de la Nagra était trop basse depuis des années.

Oui amer aux 129 millions pour la flotte de haute mer

Plus tôt, la Chambre du peuple a coupé 27 millions de francs pour les centres fédéraux pour les requérants d'asile et 12,8 millions de francs dans les prestations d’aide sociale destinées aux requérants d’asile, aux étrangers admis à titre provisoire et aux réfugiés.

Les députés n'ont en revanche pas touché aux enveloppe de la coopération internationale et de l'aide au développement. Le National a été un peu plus généreux avec l'encouragement des activités extrascolaires des enfants et des jeunes, attribuant 4 millions supplémentaires pour un total de 14 millions.

Le National a également soutenu à contrecœur la rallonge de 129 millions de francs pour le cautionnement de la flotte de haute mer. Le débat se poursuit.

A ce sujet: Encore une rallonge pour la flotte suisse de haute mer