Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
La mosquée Ar’Rahman à Bienne, en août 2017, d’où est partie une polémique cet été.
© PETER KLAUNZER

Foi

Le National veut priver les mosquées de financement étranger

La Chambre du peuple approuve une proposition de la Lega qui vise à imposer les langues nationales dans les prêches des imams, et interdire les financements étrangers. Le Conseil fédéral fustige une logique du soupçon généralisé

Les lieux de culte musulmans devraient être privés de financements étrangers. Le National a soutenu mardi par 94 voix contre 89 une motion issue des rangs de la Lega qui veut obliger les imams à prêcher dans une langue nationale.

Revenant sur le cas d’un imam radicalisé de Bienne, le conseiller national tessinois Lorenzo Quadri réclame l’interdiction, tant pour les lieux de culte que pour les imams, de recevoir de l’argent de l’étranger.

A ce sujet: Un imam tourmente Bienne

Ils seraient par ailleurs tenus de déclarer d’où viennent et à quoi sont utilisés les financements dont ils bénéficient. Finalement, les imams seraient tenus de prêcher dans la langue locale.

Simonetta Sommaruga parle de discrimination

La conseillère fédérale Simonetta Sommaruga s’est dite consciente des risques que représentent les communautés et les prédicateurs islamistes radicaux pour la sécurité nationale. Mais le texte discrimine les communautés musulmanes et les imams en les plaçant sous le sceau d’un soupçon généralisé. Il offre ainsi un argument de plus aux extrémistes qui jouent de cette discrimination.

Pas question non plus d’obliger les prédicateurs à prêcher dans une langue nationale ou les centres musulmans à déclarer la provenance et l’utilisation de leurs financements. La liberté de religion, la liberté d’association et la liberté de langue s’appliquent autant aux musulmans qu’aux personnes d’une autre religion ou sans religion.

Des restrictions inutiles

Les restrictions massives proposées par le léguiste ne sont ni nécessaires, ni utiles, estime le Conseil fédéral. L’arsenal législatif actuel suffit pour combattre les risques de radicalisation, même si cela n’exclut pas qu’il puisse être renforcé ponctuellement.

Le Conseil des Etats doit encore se prononcer. Il a renvoyé en commission une motion qui veut obliger les fondations religieuses à montrer patte blanche en matière de financement du terrorisme. Il souhaite en effet introduire une exception pour celles qui sont reconnues de longue date en Suisse.

Publicité
Publicité

La dernière vidéo suisse

Des gilets à 3000 francs pour l'armée suisse? Le débat divise le parlement

Le Conseil national a refusé de suivre l'avis du Conseil des Etats. Celui-ci voulait réduire de moitié la facture des nouveaux gilets de l'armée suisse. Il a été convaincu par les arguments du chef du DDPS, Guy Parmelin. La question reste donc en suspens.

Des gilets à 3000 francs pour l'armée suisse? Le débat divise le parlement

n/a