drogue

«Nous ne sommes pas une organisation sectaire»

La conseillère nationale UDC Andrea Geissbühler préside un groupe d’associations de lutte contre la drogue, parmi lesquelles figure une antenne scientologue

«Nous ne sommes pas une organisation sectaire»

Questions à

La conseillère nationale UDC Andrea Geissbühler, policière de profession, pilote le Dachverband Drogenabstinenz Schweiz. Parmi les membres de cette faîtière d’organisations prônant l’abstinence pour lutter contre l’addiction figure l’association Non à la drogue (Sag nein zu Drogen), affiliée à l’Eglise de scientologie. Alors qu’ils dis­tribuaient une invitation à un débat sur le cannabis en gare ­de Berne, des membres de ce groupe ont saisi l’occasion pour glisser à des passants des brochures de l’antenne scientologue, révélait lundi le Tages-Anzeiger. La présidente de la faîtière s’explique.

Le Temps: Saviez-vous que parmi les organisations de la faîtière que vous présidez figure un groupe scientologue?

Andrea Geissbühler: Lorsque j’ai pris la tête de l’organisation faîtière, je l’ignorais. Je ne l’ai su que plus tard. Cependant, cela ne pose pas de problème dans la mesure où les représentants de ce groupe n’ont jamais tenté de nous influencer. Nous restons neutres sur les plans religieux et politique et nous nous sommes toujours concentrés sur des questions liées aux drogues. Cela deviendrait problématique s’ils tentaient de recruter des membres par le biais de notre organisation.

– Si le groupe distribue également des brochures sur ses propres activités en marge d’un événement que vous organisez, n’est-ce pas de la propagande?

– Je ne savais pas qu’ils distribuaient ce type de brochures. Nous avons eu depuis une discussion au cours de laquelle j’ai dit aux personnes concernées que cela ne devait pas se produire. Mais, en tant que présidente de l’organisation faîtière, je ne peux pas contrôler ce que font tous les membres. Je ne leur demande pas non plus quelles sont leurs croyances, ni les autres organisations auxquelles ils appartiennent.

– En tant que présidente, n’avez-vous pas une responsabilité à l’égard des activités de vos membres?

– Toute faîtière est composée de membres poursuivant leurs activités propres, indépendantes de son contrôle. Personnellement, je n’ai rien à voir avec la scientologie. Je ne sais même pas exactement de quoi il s’agit. Je sais simplement que leurs activités ne sont pas interdites.

– Percevez-vous le risque qu’une communauté telle que la scientologie tente de recruter des membres parmi des personnes toxicodépendantes, vulnérables?

– Leurs modes de recrutement ne concernent qu’eux, mais ils ne peuvent le faire sous l’égide de la Dachverband Drogenabstinenz et j’espère bien qu’ils ne le font pas! Nous ne sommes pas une organisation sectaire.

Publicité