Mgr Henri Salina, ancien Père-Abbé de l'Abbaye territoriale de Saint-Maurice, est décédé hier matin des suites d'une longue maladie, à la veille de son 81e anniversaire. La Conférence des évêques suisses (CES), dont il fut le président de 1995 à 1997, lui a rendu hommage. Les évêques qui ont collaboré avec lui «se souviennent d'un pasteur doté d'une grande sensibilité, qui savait gagner les autres aux valeurs et aux exigences de l'Evangile, annoncées avec doigté, humour, richesse culturelle et humaine».

Henri Salina est né le 13 décembre 1926 à Morges. Issu d'une famille de cinq enfants, il reçoit une éducation chrétienne. Mais sa vocation s'est révélée tardivement. Après avoir terminé ses études secondaires au Collège de l'Abbaye de Saint-Maurice, il travaille pendant cinq ans dans la distillerie familiale à Morges. En 1953, attiré par la vie religieuse, il entre comme novice à Saint-Maurice. Il a 27 ans. Il y fait sa profession solennelle en 1957 et est ordonné prêtre la même année. Il enseigne au Collège de 1958 à 1964. Puis il devient procureur de l'Abbaye, avant d'être élu Père-Abbé en 1970. Le 6 janvier 1992, il est ordonné évêque par le pape Jean Paul II. Il exercera son abbatiat jusqu'en 1999, moment où il prendra une retraite anticipée pour des raisons de santé.

Comme président de la CES, il a été confronté à l'affaire Haas, du nom de l'évêque conservateur rejeté par une majorité de catholiques du diocèse de Coire. Une affaire qui trouva son dénouement en 1997, avec la création de l'archevêché de Vaduz où Mgr Haas fut déplacé.

Doté d'un «tempérament heureux», comme il le disait lui-même, M gr Salina se méfiait des théories et vivait l'Evangile sur le terrain, dans la rencontre avec les gens. Il se voulait proche de leurs difficultés quotidiennes. Il appréciait la spiritualité carmélitaine et vouait une grande admiration à Thérèse d'Avila et Jean de la Croix. Il avait choisi pour devise épiscopale «La joie de l'espérance». Bon vivant, chaleureux, il aimait cette citation de Paul Valéry: «L'être qui s'émerveille est beau comme une fleur.»

Les obsèques auront lieu jeudi 6 décembre à 15 heures en l'abbaye de Saint-Maurice.