Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
Le président du Conseil d'Etat neuchâtelois, Laurent Favre (ici en février 2016), espère que les projets de mobilité intérieure prévus par le canton seront soutenus à Berne.
© SANDRO CAMPARDO

Votations cantonales

Neuchâtel compte sur son RER pour avancer

Les Neuchâtelois disent non à l’hôtel judiciaire mais réforment leurs institutions et témoignent de leur sens de la solidarité fiscale. Le Conseil d’Etat mise désormais sur ses nouvelles infrastructures de mobilité pour sortir de l’impasse

Le Conseil d’Etat neuchâtelois s’en sort avec une victoire, un geste de solidarité fiscale et une nette défaite. Et cette dernière est douloureuse: les Neuchâtelois ont dit non à 59,08% à la construction d’un nouvel hôtel judiciaire (NHOJ) centralisé à La Chaux-de-Fonds, à proximité de la gare. Le clivage régional est patent: toutes les communes ont dit non, sauf celles des districts du Locle et de La Chaux-de-Fonds, à l’exception de trois localités rurales.

Partout ailleurs, le non a gagné, emportant au passage le projet du Conseil d’Etat de moderniser sa justice en la dotant d’un écrin moderne et sécurisé, dont le coût – 48,5 millions – se sera toutefois révélé prohibitif. Malgré les garanties données par le gouvernement pour son financement, l’état du porte-monnaie du canton – le déficit 2017 atteindrait 60 millions selon les projections de la fin du printemps –, le peuple neuchâtelois a considéré que cette dépense n’était pas justifiée ni prioritaire.

Notre commentaire: A Neuchâtel, le Conseil d’Etat ne perd pas la face, mais il ne gagne pas l’unité

«Une question de fonctionnement de la justice»

«Le Conseil d’Etat doit maintenant empoigner sérieusement ce dossier. Il a négligé la justice, comme en témoigne l’état des locaux qu’elle occupe aujourd’hui. La centralisation n’est pas une solution. Nous sommes favorables au maintien de deux sites, l’un à Neuchâtel, l’autre à La Chaux-de-Fonds», commente l’avocat socialiste Michel Bise, membre du comité référendaire.

La carte du vote reflète-t-elle un nouveau clivage entre le Haut et le Bas, confirmant ainsi celui de février à propos de la création de la réforme hospitalière? «Nous l’avons dit et redit: notre opposition au NHOJ n’est pas une question de cohésion cantonale ou de clivage entre le Haut et le Bas, même si nous devons bien constater que la carte du vote montre un réflexe régionaliste. C’est une question de fonctionnement de la justice. Vouloir la centraliser est une mauvaise idée», insiste-t-il.

Lire aussi: «La justice doit être mieux sécurisée»

C’est aussi l’avis du Conseil d’Etat. Son président, Laurent Favre, veut voir dans l’échec du NHOJ «l’inquiétude des Neuchâtelois face à la précarité des finances publiques» davantage que l’expression de divergences régionales. Il en veut pour preuve l’acceptation, à 57,97%, de la réforme du mode d’élection du Grand Conseil. Le principe de la circonscription unique est approuvé. Le nombre de députés sera abaissé de 115 à 100, le quorum descendra de 10 à 3% et les apparentements seront supprimés.

Le sort du RER se décide à Berne

Il appartient désormais au Conseil d’Etat de rassurer ceux qui craignaient que la représentation des régions soit déséquilibrée. Il garantit que chacune des quatre régions territoriales – Littoral, Montagnes, Val-de-Travers et Val-de-Ruz – disposera d’un nombre minimum d’élus. «Ce oui confirme la volonté des Neuchâtelois de développer le canton comme un tout dynamique reposant sur quatre régions», analyse Laurent Favre.

Selon le Conseil d’Etat, le maintien de la répartition actuelle de l’impôt sur les frontaliers, accepté à 50,39%, traduit aussi une forme de solidarité cantonale. Les communes industrielles, notamment La Chaux-de-Fonds, Le Locle et Val-de-Travers reçoivent ainsi un bol d’air financier. Le partage avec les autres communes est reporté à plus tard.

Mais il faudra convaincre les Neuchâtelois d’investir dans l’avenir et ce malgré le mauvais état des finances. Pour cela, Laurent Favre rappelle le message délivré en 2016 par les Neuchâtelois lorsqu’ils ont accepté à 84% le programme Mobilité 2030, qui prévoit de préfinancer à hauteur de 110 millions les infrastructures reliant le Haut et le Bas. «Il est compliqué de mieux répartir les institutions dans le canton si les dessertes ne sont pas meilleures», diagnostique-t-il. Il compte sur l’appui du Conseil fédéral, qui se prononce vendredi sur les crédits ferroviaires 2030-2035. Le sort de la liaison directe RER Neuchâtel - La Chaux-de-Fonds, appelée à remplacer le défunt Transrun, en dépend.

Publicité
Publicité

La dernière vidéo suisse

Des gilets à 3000 francs pour l'armée suisse? Le débat divise le parlement

Le Conseil national a refusé de suivre l'avis du Conseil des Etats. Celui-ci voulait réduire de moitié la facture des nouveaux gilets de l'armée suisse. Il a été convaincu par les arguments du chef du DDPS, Guy Parmelin. La question reste donc en suspens.

Des gilets à 3000 francs pour l'armée suisse? Le débat divise le parlement

n/a