Samedi, vers 13 h 15, une déflagration a secoué un immeuble des Geneveys-sur-Coffrane, paisible village de 1400 habitants, situé à l'ouest du Val-de-Ruz. Deux adolescents de moins de 16 ans ont fait exploser quelque chose comme une bombe artisanale dans le salon. Grièvement blessés aux mains et au visage, ils ont été transportés par deux hélicoptères de la Rega, l'un au CHUV de Lausanne et l'autre à l'hôpital de l'Ile à Berne.

La famille d'un des adolescents est concierge de l'immeuble locatif où l'explosion s'est produite. Elle est originaire d'ex-Yougoslavie et établie depuis de longues années dans la localité. Le second jeune homme vit dans le même quartier. On ne sait pas ce qu'ils bricolaient samedi, mais un habitant du village confie que de fortes explosions troublaient la quiétude des Geneveys-sur-Coffrane depuis l'été passé. On imagine que la poudre noire tirée de pétards de vigne, ou de gros pétards achetés en France, ait pu provoquer cette explosion. Quand cet explosif, qui paraît anodin, est confiné dans une boîte fermée, il peut provoquer des ravages. Des analyses seront effectuées en laboratoire pour en connaître la nature et la provenance.

Aux Geneveys-sur-Coffrane, le déploiement des secours et des forces de l'ordre a impressionné la population. Un conseiller communal (exécutif) qui s'inquiétait du drame s'est fait remballer par la police. «On m'a dit: vous n'êtes pas sanguinaire, vous n'avez rien à faire ici», confie ce politicien. Hier, les volets de l'appartement où s'est déroulé le drame étaient clos. La famille qui y résidait a peut-être trouvé refuge chez des amis. Quant à l'état de santé des deux adolescents, il n'a pas été communiqué. «C'est le juge d'instruction qui décide de ce qu'il a à communiquer à la presse», nous a répondu Olivier Guéniat, chef de la police de sûreté, quand nous lui avons demandé des nouvelles.