Organiser des états généraux pour ouvrir un large débat sur l’approvisionnement énergétique du canton de Neuchâtel. Le projet de Claude Nicati, ministre libéral-radical de la Gestion du territoire, connaîtra sa première édition ce samedi à Neuchâtel*. Avec une question en filigrane: quels sont les sacrifices que la population est prête à faire pour atteindre la société à 2000 watts à l’horizon 2050?

Ce brainstorming public s’inscrit dans un contexte politique agité. Il y a une année, après une campagne très vive, le peuple refusait la loi sur l’énergie portée par l’ancien ministre vert Fernand Cuche. Le texte prévoyait notamment de rendre obligatoire l’assainissement des bâtiments les plus gourmands en énergie. Le projet du Groupe E de construire une nouvelle centrale à gaz à Cornaux divise l’opinion depuis plusieurs années. Enfin, une initiative législative cantonale déposée mi-octobre demande que le plan d’affectation cantonal – et son ambitieux concept éolien – soit soumis au référendum populaire obligatoire.

Pour mieux comprendre les aspirations de ses concitoyens, Claude Nicati a commandé un sondage «Energie» à la société M.I.S Trend. Menée auprès de 800 personnes début octobre, il sera détaillé samedi matin. Claude Nicati a dévoilé quelques résultats en avant-première jeudi, dont un premier enseignement surprenant: l’écologie est la première préoccupation des Neuchâtelois (29% de l’échantillon), devant les coûts de la santé (25%), l’emploi (25%) et l’insécurité (21%). Sept sondés sur dix souhaitent que le canton vise, à terme, l’indépendance énergétique.

Ces résultats renforcent la conviction de Claude Nicati qu’il est temps d’ouvrir le débat. «La question énergétique sera une des principales question de ces prochaines années. Il est donc très important d’en parler en toute transparence.» Ouverts au public, ces premiers états généraux feront l’objet d’une synthèse complète. Le matin sera consacré à divers exposés (le changement climatique, sortir du nucléaire) et l’après-midi à trois ateliers sur inscription. Le premier, «Eoliennes, centrale de Cornaux, nucléaire: peut-on dire non à tout?», est déjà complet.

* Samedi 13 novembre dès 8h, Neuchâtel, Aula des Jeunes-Rives. Programme complet: www.ne.ch/EGE10