Le ton est prudent, mais il laisse apparaître un constat sans équivoque. Depuis que le canton de Neuchâtel a entrepris sa nouvelle Planification médico-sociale pour personnes âgées (PMS) en 2012, de nombreuses institutions évoluent dans l’incertitude. Deux faîtières regroupant des dizaines d’acteurs de la branche indiquent au Temps regretter le retard pris dans la concrétisation de cette ambitieuse réforme, alors que les EMS neuchâtelois sont saturés et que l’hôpital public déborde.