C'est une petite révolution. Depuis quelques semaines, le Conseil d'Etat neuchâtelois enchaîne les initiatives pour expliquer le processus, souvent impopulaire, de la refonte de l'Etat. Cette volonté, qui s'inscrit dans le cadre du programme de législature, a déjà débouché sur l'organisation de six rencontres avec la population (LT du 20.04.2006) et la mise en place d'une bourse aux idées auprès de l'administration.

Le président du gouvernement, Bernard Soguel, a apporté une nouvelle pierre à l'édifice hier avec la présentation aux médias et au Grand Conseil du premier rapport trisannuel sur l'avancement des réformes.

Aussi louable soit-elle, cette ambition de transparence possède un gros défaut, qui est ressorti hier. Elle pousse le Conseil d'Etat à communiquer alors qu'il n'a pas grand-chose à dire. Mais, pour les cinq ministres, l'essentiel est ailleurs. Comme l'a souligné Bernard Soguel, il s'agit de dire aux Neuchâtelois que les premières réformes «commencent à produire leurs effets», et donc que les efforts demandés «ne sont pas vains».

Réunions, refontes et fusions

Dans les projets «bien engagés», le magistrat socialiste a énuméré la réunion des établissements psychiatriques en une seule structure, la réforme de l'Université, le processus «Un canton, une police», la refonte de la promotion économique et la fusion de plusieurs services (Service vétérinaire avec celui de la consommation, Service de l'économie agricole avec celui de la viticulture).

Le Conseil d'Etat projette en outre de centraliser le Service des automobiles et de la navigation sur le site de La Chaux-de-Fonds, ce qui doit permettre d'économiser 300000 francs par an.

Pour le reste, rien de neuf. Le rapport reprend point par point les objectifs fixés par la feuille de route du plan de législature neuchâtelois. Il apporte quelques précisions concernant certains principes généraux et sur l'agenda prévu.

La réduction de 10% de la masse salariale d'ici à 2009 sera logiquement atteinte par des baisses annuelles de 2,5%. En 2007, cela impliquera une réduction d'environ 60 postes de l'administration. Autre dossier chaud: l'augmentation annoncée de 1 à 2 élèves par classe - effective à la rentrée d'août - permettra d'économiser 2,5 millions de francs.

De nouvelles recettes pour 2007

Ces mesures doivent permettre au Conseil d'Etat de présenter un budget 2007 qui entre dans le cadre fixé par le frein à l'endettement. L'exercice sera «le plus difficile de la législature». Le Conseil d'Etat entend toutefois gommer les «quelques injustices» induites par un budget 2006 concocté dans l'urgence.

Pour atteindre l'objectif fixé, Bernard Soguel n'a pas caché qu'il faudra trouver «de nouvelles recettes temporaires». Après l'impôt sur les grandes fortunes et la retenue salariale de 2,5% pour la fonction publique en vigueur cette année, le projet va cristalliser de nombreuses oppositions. «Nous n'économisons pas pour économiser, a plaidé Bernard Soguel. Il s'agit de retrouver des capacités financières à même de redonner une impulsion à ce canton.»