Neuchâtel

Neuchâtel ouvre le grand débat des centralisations

Le Grand Conseil neuchâtelois a voté la construction d’un nouvel hôtel judiciaire à La Chaux-de-Fonds et entre en matière sur le programme de réorganisation de l’hôpital cantonal. Mais il subsiste d’importantes résistances. Le peuple tranchera

Même si les débats sont plutôt courtois, il règne une tension forte au Château de Neuchâtel. Ces jours, le Grand Conseil est appelé à concrétiser la volonté gouvernementale de cantonaliser des structures régionales sensibles: la justice et les soins hospitaliers. La tension est avivée parce que Neuchâtel se sait observé à l’extérieur. En particulier par la Confédération, à laquelle le canton demande de financer ses infrastructures de mobilité: un milliard pour le rail entre Neuchâtel et La Chaux-de-Fonds et un autre milliard pour les contournements autoroutiers du Locle et de La Chaux-de-Fonds. Si le canton devait renoncer à réformer ses structures internes, les autorités fédérales pourraient snober les projets neuchâtelois.

Le parlement a commencé par valider par 91 voix contre 18 le projet de réaliser à La Chaux-de-Fonds, sur la place de la gare, un nouvel hôtel judiciaire réunissant la justice de première instance et le Ministère public. «D’une organisation éclatée sur huit sites à un seul bâtiment élégant, imposant, superbement sobre», a plaidé le ministre PLR Alain Ribaux.

Lire aussi: Un hôtel judiciaire à La Chaux-de-Fonds, au bon moment

La menace d'un référendum

Des résistances ont été exprimées avec vigueur, notamment par des députés-avocats du Bas du canton qui estiment inopportun de réunir dans un même espace le Ministère public et les juges de première instance. Alors, le parlement a décidé que l’accès au bâtiment se fera par deux portes distinctes, afin de garantir la séparation entre les deux activités.

Le coût du bâtiment, 48,5 millions, a été examiné en détail. Le canton de Neuchâtel, dont les finances sont dans le rouge vif, a-t-il les moyens? Alain Ribaux a rassuré son monde en affirmant qu’en intégrant les amortissements du nouvel hôtel judiciaire, la justice neuchâteloise coûtera moins cher une fois réorganisée. UDC et avocats envisagent toutefois de lancer un référendum.

Une procédure complexe pour l’hôpital

Le tour de chauffe de la circonscription judiciaire unique franchi, reste le dossier majeur de la réforme spatiale hospitalière. Le gouvernement et Hôpital neuchâtelois préconisent la centralisation des soins aigus en ville de Neuchâtel, à Pourtalès, et la construction d’un centre de réadaptation à La Chaux-de-Fonds. Le programme prévoit encore l’équipement de policliniques à La Chaux-de-Fonds, Neuchâtel et Couvet.

Une majorité devrait voter le projet. Mais la procédure choisie est complexe, car il faut adopter une nouvelle loi, voter formellement la réorganisation spatiale, valider le désendettement et voter des cautionnements. Les décisions législatives se prennent à la majorité simple, celles financières à la majorité qualifiée des 3/5. Il faut que 69 des 115 députés ratifient le programme.

Le rejet des Montagnes

Les opposants font entendre leur voix. Ceux des Montagnes rejettent le projet, lui opposant une initiative populaire qui veut deux hôpitaux régionaux et autonomes dans le canton. Cette formule alternative a pris de l’envergure avec l’annonce faite, lundi, de l’arrivée dans le débat de fonds de prévoyance privés disposés à acheter l’hôpital de La Chaux-de-Fonds. Les partisans du maintien de deux hôpitaux généralistes ont demandé le renvoi du projet, pour étudier la formule alternative. Une majorité du parlement a estimé qu’il fallait décider sans tarder (95 à 12).

Lire également: La Chaux-de-Fonds a trouvé des acheteurs pour son hôpital

«La majorité de la population en assez de nos querelles. Elle attend que les calculs politiques, le ressentiment, les intérêts régionaux cèdent le pas à une construction sanitaire durable», a rétorqué le ministre Laurent Kurth, applaudi.

S’il est prêt, majoritairement, à faire le saut de la centralisation des soins hospitaliers, le Grand Conseil ne veut pas donner un blanc-seing à Hôpital neuchâtelois. Il exige davantage de partenariat entre l’hôpital public et les prestataires privés de la santé. Laurent Kurth a montré de l’ouverture.

Commencer par La Chaux-de-Fonds?

Le parlement hésite par ailleurs à cautionner les 240 millions de francs nécessaires à la construction de l’hôpital de réadaptation à La Chaux-de-Fonds (175 millions) et à l’agrandissement de Pourtalès à Neuchâtel (65 millions). Certains craignent que seuls les travaux à l’hôpital de Neuchâtel se fassent. Le PS a proposé qu’on commence par les travaux à La Chaux-de-Fonds.

Au final, la réforme hospitalière aura progressé. Et avec elle, la vision du gouvernement de faire du canton de Neuchâtel «un seul espace». Certes, il subsiste des résistances, les débats parlementaires avancent souvent cahin-caha, mais Neuchâtel fait un pas en avant. La population tranchera, en février. Elle choisira entre la réforme votée par les autorités et l’initiative des Montagnes qui veut deux hôpitaux de taille et d’ambition modestes.

Publicité