Les communautés religieuses neuchâteloises qui souhaitent être reconnues d’intérêt public devront encore patienter. Les citoyens du canton ont rejeté dimanche à 56,3% la loi en la matière (LRCR), adoptée en septembre 2020 par le Grand Conseil et combattue en référendum par le PLR et l’UDC. Le texte devait permettre d’élargir cette reconnaissance – qui n’est pour l’heure accordée qu’aux Eglises traditionnelles (réformée, catholique romaine et catholique chrétienne) – à toute communauté qui en ferait la demande, pour autant qu’elles répondent à des critères stricts.