La question était émotionnelle, mais elle n’a pas fait débat dans les urnes. Dimanche, les citoyens neuchâtelois ont validé à 77,1% – avec 48% de participation – le crédit destiné à la construction du contournement Est de La Chaux-de-Fonds par la route H18. Devisé à 186 millions de francs (73 à la charge du canton, le reste étant financé par la Confédération), il était combattu en référendum par les sections neuchâteloises de SolidaritéS, des Jeunes Vert·e·s, de Greenpeace et de la Grève pour le climat, qui reprochaient au projet de déplacer le trafic au lieu de chercher à le réduire.

Sa mise en œuvre, prévue entre 2022 et 2027, se fera notamment par la construction d’un tunnel de 1,2 kilomètre. Le nouveau tronçon, qui fait partie de la stratégie cantonale Neuchâtel Mobilité 2030, doit absorber 18 000 des 22 000 véhicules traversant chaque jour le centre-ville historique de La Chaux-de-Fonds. Et améliorer l’attractivité résidentielle de la commune et du canton, qui présentent un solde démographique négatif depuis plusieurs années.

Lire aussi: La route qui doit réveiller La Chaux-de-Fonds, la «belle endormie»

«Un jour historique»

Venus commenter ces résultats devant la presse au Musée d’histoire de La Chaux-de-Fonds en milieu d’après-midi, le conseiller d’Etat Laurent Favre (directeur du Développement territorial et de l’environnement) et le conseiller communal chaux-de-fonnier Théo Huguenin-Elie (chargé de l’urbanisme) affichaient un sourire radieux et évoquaient d’une même voix «un jour historique».

Laurent Favre s’est réjoui d’un résultat supérieur à ses attentes. «Cela montre la qualité et la nécessité de ce projet pour renforcer l’attractivité résidentielle et économique de La Chaux-de-Fonds, et plus largement des Montagnes neuchâteloises. C’est aussi un jour d’unité cantonale, l’ensemble des communes ayant largement soutenu ce contournement.»

Théo Huguenin-Elie ne cache pas avoir ressenti un peu d’appréhension dimanche matin, malgré une confiance très forte. «Il y a eu une campagne assez dure, qui laissait planer quelques doutes. La Chaux-de-Fonds devait montrer l’exemple, et nous craignions un résultat inférieur à celui des autres communes, ce qui n’a pas été le cas (82% de oui). C’est une bonne nouvelle.»

Pour les autorités communales, un autre enjeu était lié à ce scrutin. En parallèle a été développé un plan directeur partiel des mobilités, qui regroupe les mesures d’accompagnement visant à reporter le trafic interne de la ville sur le nouveau contournement. «Les Chaux-de-Fonniers ont glissé leurs bulletins dans les urnes en pensant à ce plan qui prévoit notamment de nouvelles zones piétonnes et le développement de la mobilité douce. Cela nous donne une légitimité pour poursuivre le travail entrepris», assure Théo Huguenin-Elie.

Il relève encore que si le résultat est si élevé, c’est notamment parce que l’ensemble des partis ont soutenu le projet (excepté les Vert·e·s qui n’avaient pas donné de mot d’ordre et de SolidaritéS, partie prenante du référendum). De même que des associations patronales, le TCS ou plus discrètement l’Association transports et environnement (ATE), qui a retiré son opposition mi-octobre, après avoir signé une convention avec la ville pour renforcer encore les mesures compensatoires prévues.

Lire encore: Les Neuchâtelois voteront sur le contournement routier de La Chaux-de-Fonds

Les référendaires resteront attentifs

Le comité référendaire, lui, prend acte d’une défaite attendue: «Nous ne sommes pas très surpris, vu le peu de moyens que nous avions pour faire campagne par rapport aux défenseurs du projet», concède au Temps Robin Augsburger, membre de la Grève pour le climat. Pour lui, ce référendum se justifiait, ne serait-ce que pour ouvrir le débat.

«Nous regrettons que les autorités aient évacué les questions écologiques et climatiques, poursuit-il. Il y a un réel manque de prise de conscience de l’urgence dans laquelle nous nous trouvons. Nous allons à présent rester attentifs à l’application des mesures de compensation promises, et nous nous engagerons pour que de telles initiatives ne voient plus le jour dans le canton de Neuchâtel.»

Laurent Favre s’oppose à cette critique: «Les opposants oublient que la stratégie Neuchâtel Mobilité 2030 vise aussi à augmenter l’offre en transports publics et à renforcer la mobilité douce. Ce contournement permettra de traiter un problème du passé dont il faut tenir compte, mais aussi de réintroduire des trolleybus en ville de La Chaux-de-Fonds. La question climatique est très ancrée dans ce projet.»

Avant que les travaux ne puissent débuter, 12 oppositions privées devront encore être traitées. «Un retard des travaux n’est pas exclu en cas de recours au Tribunal fédéral, mais le résultat de ce dimanche renforce notre position dans les procédures», conclut le conseiller d’Etat.

Lire finalement: La Chaux-de-Fonds, ville en quête de mission