Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
Archive. (Keystone)

Travail

Neuchâtel: le TF entérine le salaire minimum de 20 francs l'heure

Dans un arrêt publié ce vendredi, le Tribunal fédéral rejette les recours déposés depuis 2014 par les organisations patronales et économiques. Neuchâtel devient le 1er canton à introduire un salaire minimum. Le Conseil d'Etat reste en droit de fixer des dérogations, comme dans l'agriculture

 Le salaire minimum de 20 francs par heure devient enfin réalité dans le canton de Neuchâtel. Le Tribunal fédéral (TF) a rejeté les recours déposés par les patrons et les organisations économiques. C'est l'aboutissement de la votation populaire en 2011 pour ancrer ce principe dans la constitution neuchâteloise.

Relire: Malgré le vote national négatif, Neuchâtel instituera un salaire minimum (mai 2014)

Cette mesure de politique sociale, votée par le Grand Conseil en mai 2014, est conforme avec le principe constitutionnel de la liberté économique et avec le droit fédéral, indique le Tribunal fédéral dans un arrêt publié vendredi. La Haute Cour rejette donc les recours déposés contre ce texte.

Pour le TF, le salaire minimum vise à lutter contre le phénomène des «working poor». Il s'agit de permettre aux salariés à plein temps de vivre décemment de leur salaire sans devoir recourir à l'aide sociale. Pour éviter que cette mesure de politique sociale n'empiète sur la liberté économique, le montant minimum doit se situer à un niveau suffisamment bas, ce qui est le cas en l'espèce avec 20 francs de l'heure.


Lire aussi:

L'OIT «préoccupée par la précarité des nouveaux emplois»

Travailleurs bien payés, espèce menacée (éditorial)


Exceptions prévues

En outre, le canton a prévu des cas d'exception. Par exemple, le Conseil d'Etat est en droit de fixer un salaire minimum dérogatoire pour certaines branches économiques, en particulier dans le secteur de l'agriculture et de la viticulture, rappelle le TF.

Le Grand Conseil neuchâtelois s'était basé sur un revenu annuel minimum de 41'759 francs. Partant d'une semaine de travail de 41 heures et de 52 semaines travaillées, cela donne un salaire horaire arrondi de 20 francs. Lors des travaux parlementaires, le surcoût pour l'économie avait été estimé à 9 millions de francs sur une masse salariale du secteur privé de plus de 4 milliards.

Le TF avait octroyé l'effet suspensif aux recours, bloquant par là même l'entrée en vigueur du salaire minimum à Neuchâtel. Comme une application rétroactive a été jugée difficile à mettre en œuvre, le TF a décidé que les dispositions contestées ne déploieraient leurs effets qu'à partir du prononcé de son arrêt.

Le Jura et le Tessin encore dans l'attente

Le canton de Neuchâtel est le premier à introduire un salaire minimum en Suisse. Le Jura a accepté en 2013 une initiative pour des «salaires décents» qui n'a pas encore été mise en application. Le Tessin a suivi en 2015. D'autres cantons comme Genève, Vaud et Valais ont en revanche refusé des projets similaires.

Au niveau de la Confédération, le peuple a balayé en 2014 par 76,3% une initiative populaire de l'Union syndicale suisse qui prévoyait un tarif plancher de 22 francs l'heure.

Publicité
Publicité

La dernière vidéo suisse

Des gilets à 3000 francs pour l'armée suisse? Le débat divise le parlement

Le Conseil national a refusé de suivre l'avis du Conseil des Etats. Celui-ci voulait réduire de moitié la facture des nouveaux gilets de l'armée suisse. Il a été convaincu par les arguments du chef du DDPS, Guy Parmelin. La question reste donc en suspens.

Des gilets à 3000 francs pour l'armée suisse? Le débat divise le parlement

n/a