football

Neuchâtel Xamax évite la faillite

Le club salue «une belle victoire» mais, pour les autorités, l’incertitude demeure

Gros «ouf» de soulagement, ce mercredi à Neuchâtel: le juge Bastien Sandoz a décidé de rejeter la requête de mise en faillite de Xamax, qui reste donc en vie. «Nous sommes contents, respire la directrice, Barbara Perriard. Cette décision salue le travail fourni, alors qu’à notre arrivée, la situation était très mal gérée. Nous pouvons désormais nous concentrer sur l’organisation du Centenaire et sur l’entraînement.»

Même satisfaction pour l’avocat du club, François Canonica, qui tient à rendre hommage au juge Sandoz, «fait du bois dont on fait les grands magistrats», et à «donner acte à Bulat Chagaev, qui a trouvé les moyens de sauver ce club, envers et contre tous».

Débouté par la Cour, le Genevois Ralph Isenegger est condamné à 1000 francs d’indemnités de dépens. Pour mémoire, c’est sur la base d’une reconnaissance de dette de 400 000 francs signée par le club que ce créancier avait demandé la mise en faillite de Xamax. «Nous sommes un peu surpris de cette décision, réagit Vincent Solari, l’avocat de Ralph Isenegger. Mais nous attendons les motivations du juge pour nous prononcer sur les suites à donner: faire appel ou engager une procédure de recouvrement.»

Du côté des autorités neuchâteloises, le conseiller d’Etat Philippe Gnaegi se déclare «satisfait» de la nouvelle du jour, mais estime que «l’incertitude demeure»: «Cette décision ne résout pas la problématique liée à la gestion du club, qu’il faudra régler au plus vite, tant sur le plan financier que sur celui de l’image.»

Chantiers ouverts

En effet, le feuilleton continue. Selon nos informations, les liquidités dont dispose Xamax à ce jour ne lui assurent pas encore la sérénité et le club attend le versement prochain d’un million de francs environ. «Je ne peux rien confirmer à ce sujet, précise Barbara Perriard. Mais nous attendons effectivement de nouveaux fonds.»

Autre élément restant à éclaircir: les conditions dans lesquelles Bulat Chagaev a repris Xamax, jugées «discutables» par François Canonica: «Maintenant que le club est sauvé, on peut s’attendre à ce qu’une discussion s’ouvre entre l’acheteur et le vendeur, la plupart des créances étant antérieures à l’arrivée de Bulat Chagaev. Mais je ne tiens pas à rouvrir de chantier judiciaire aujourd’hui.»

Côté obscur toujours, la commission de discipline de la Swiss Football League (SFL) a infligé une amende de 20 000 francs à Xamax, pour ne pas avoir respecté le règlement sur l’octroi des licences en ne répondant que partiellement à la demande d’informations de la SFL. «Mais ça, c’est une bonne nouvelle, sourit François Canonica. Nous risquions 3 points de retrait, la ligue a donc décidé de ne pas sanctionner les joueurs.»

Publicité