Le week-end pascal est lourdement endeuillé. Douze Portugais, dont neuf résidaient en ville de Fribourg et trois dans le canton de Vaud, sont décédés au cours d’une collision frontale, dans la nuit de jeudi à vendredi. Le drame est survenu peu avant minuit, sur la route nationale française 79 entre Moulins et Montbeugny, dans l’Allier, un tronçon réputé dangereux de la route Centre-Europe-Atlantique qui relie la Suisse à Bordeaux. Parmi les victimes figure une famille composée d’un homme de 38 ans, de son épouse de 27 ans et de leur fille de 7 ans domicilié à Fribourg. Une jeune femme de 17 ans a aussi perdu la vie.

Conducteur de 19 ans

Les personnes accidentées voyageaient à bord d’un fourgon de type Mercedes Sprinter parti de Romont jeudi à 20h. Ce dernier a dévié de sa route pour une raison indéterminée et percuté un semi-remorque qui venait en sens inverse. Le conducteur du véhicule âgé de 19 ans est le seul survivant. Il a été hospitalisé avec une fracture du poignet. Vendredi en soirée, il se trouvait encore en état de choc et ne pouvait être interrogé par la gendarmerie.

Selon nos informations, ce jeune homme résidant au Portugal est le neveu et l’employé du propriétaire de la fourgonnette qui vient lui de Romont (FR). Ce dernier suivait par ailleurs le fourgon accidenté à bord d’un deuxième véhicule, au moment de la collision en France. Il a aussi été hospitalisé en état de choc. Le chauffeur du semi-remorque et son passager, de nationalité italienne, ont eux aussi été blessés.

Fourgon aménagé

L’enquête devra déterminer la cause de l’accident survenu sur cette départementale limitée à 90 km/h surnommée «route de la honte» par le quotidien français La Montagne. Plus de cent personnes y ont trouvé la mort depuis l’an 2000. La vitesse du fourgon était-elle adaptée? Le chauffeur a-t-il tenté un dépassement imprudent? S’est-il assoupi? Le test d’alcoolémie auquel s’est soumis le jeune conducteur s’est révélé négatif.

Les investigations techniques permettront de dire si ce fourgon était aménagé spécialement pour voiturer treize personnes ou si ce n’était pas le cas

Mais davantage que la vitesse ou l’alcool, l’aménagement du véhicule démoli dans la collision et l’âge du conducteur suscitent de nombreuses interrogations. Le fourgon était-il réellement aménagé pour transporter treize personnes, ou davantage neuf comme le laissent entendre certaines sources à Romont, voire même six selon des observateurs en France? L’enquête confiée à la gendarmerie française devra le déterminer. «Les investigations techniques […] permettront de dire si ce fourgon était aménagé spécialement pour voiturer treize personnes ou si ce n’était pas le cas. Pour le moment nous n’en savons rien», a indiqué vendredi à la mi-journée le procureur de Moulins Pierre Gagnoud. L’âge et le type de permis du conducteur de 19 ans feront aussi l’objet d’investigations.

Type de voyages «courant»

Les victimes devaient passer le week-end pascal à Trancoso, au centre du Portugal. Un Romontois contacté par nos soins indique que «ce genre de voyage avec de petits bus qui partent pour le Portugal sont fréquents. Ils font ça entre privés, se mettent à plusieurs et louent un minibus.» Un autre explique que «les personnes qui prennent ces bus ne le font pas forcément pour des questions de prix, mais parce qu’elles viennent de régions excentrées du Portugal, loin des grandes villes, et que le bus s’avère le mode de transport le plus rapide.»

Les gouvernements fribourgeois et vaudois ont fait part de leur grande tristesse et adressé leurs condoléances aux familles des victimes, en Suisse et au Portugal. Le conseiller fédéral Didier Burkhalter, a lui aussi exprimé sa «vive émotion et toute sa sympathie», tandis que le premier ministre français Manuel Valls, a parlé d’un «sentiment d’effroi après ce terrible accident de la route». Un numéro d’appel vert a par ailleurs été mis en place par la préfecture de l’Allier pour les familles des victimes (0033 811 00 06 03).