Suisse-UE

Neuf jours cruciaux pour la voie bilatérale

Ursula von der Leyen précise ce qu’elle attend de la Suisse après le scrutin du 17 mai sur la libre circulation des personnes. Sa note donne lieu à des interprétations controversées

Neuf jours sépareront le 17 mai, jour du scrutin sur l’initiative de l’UDC qui vise à suspendre la libre circulation des personnes, du 26 mai, date de l’échéance d’un accord bilatéral sur la reconnaissance mutuelle des produits médicaux. Que va-t-il se passer durant ces neuf jours? Les Etats membres et la Commission européenne attendent de la Suisse qu’elle mette le turbo en faveur de la conclusion de l’accord-cadre et qu’elle «donne un signe politique très fort». La présidente de la Commission, Ursula von der Leyen, l’avait annoncé à Simonetta Sommaruga à Davos. Elle avait dit que l’UE ne bougerait pas jusqu’au vote du 17 mai, crucial pour l’avenir des relations bilatérales. Et l’échéance du 26 mai avait été évoquée explicitement à cette occasion.

Lire aussi: La Suisse et l’UE discutent du plan climat européen