La tempête était trop forte. Nicolas Betticher, chancelier du diocèse de Lausanne, Genève et Fribourg, a décidé hier d'abandonner ses mandats politiques. Député, chef du groupe démocrate-chrétien et président de la section de la Ville de Fribourg, Nicolas Betticher se consacrera en priorité à ses activités au sein de l'Eglise. Il devrait tout de même rester membre du PDC (LT du 03.11. 2004).

La nouvelle a été communiquée lors d'un point presse, où seuls les médias fribourgeois étaient invités. Nicolas Betticher aurait évoqué à cette occasion l'acharnement médiatique dont il fait l'objet depuis plusieurs semaines. Le Fribourgeois de 43 ans a subi le feu de la critique à plusieurs reprises (LT du 03.11.2004). Sa personnalité ambivalente divisait son propre parti mais également les paroissiens. Une partie des fidèles jugeait notamment incompatible une action au service de l'Eglise et un engagement politique.

La semaine aura donc été bien difficile pour le chancelier. Lundi dernier, Nicolas Betticher démissionnait déjà de la présidence du comité d'organisation de la Fête cantonale des musiques 2005 (FCM 2005). Une partie du comité avait émis de sévères critiques sur ses capacités de leadership. Dans le même temps, l'ancien attaché de presse de Ruth Metzler a également quitté la présidence de l'Union instrumentale, corps de musique chargé de l'organisation de FCM 2005.