C’est une route dont on parle depuis 50 ans à Nidwald. Dont on ne parlera plus. Ce dimanche, 52,7% des votants ont décidé de s’opposer à la desserte «Stans West» soutenue par le gouvernement cantonal, qui devait délester le chef-lieu d’une partie de ses voitures. Les coûts du projet - près de 20 millions de francs - tout comme son emprise au sol - environ 14 000 mètres carrés de zone agraire - dans un territoire montagneux où la plaine se vend cher, ont vraisemblablement fait mouche auprès des habitants. «Déçu», le gouvernement annonce l’organisation d’une «table ronde afin de trouver une solution».