Genève a autant besoin de la troisième voie CFF que de logements. Mais, ironie du sort, ces deux projets entrent désormais en conflit: comme l'a appris Le Temps, les CFF viennent de faire opposition à la construction du nouveau quartier de la gare de Genève, prévu entre les Grottes et Montbrillant (voir infographie). En vue de réaliser un jour la troisième voie entre Lausanne et Genève, la régie fédérale a décidé de réserver cette parcelle pour construire deux voies ferroviaires.

Logements et vélostation

Les travaux aux Grottes sont pourtant agendés à l'automne. Le nouveau quartier est censé accueillir deux immeubles labellisés «Minergie Plus», de quatorze appartements chacun: la coopérative Codha a obtenu un droit de superficie pour construire le sien; dans l'autre, un privé proposerait de la propriété par étage (PPE). De plus, l'entreprise Implenia veut ériger une résidence hôtelière de 140 chambres-studios, en grande partie pour les étudiants.

Finalement, la Ville de Genève entend réaliser un parc à vélos souterrain de 330 places, précieux quand on connaît la pénurie de parkings pour deux-roues qui sévit autour de Cornavin (LT du 04.03.2008).

La Ville de Genève rêve de redessiner les Grottes depuis les années 60, époque à laquelle est évoquée pour la première fois l'idée de bâtir un quartier neuf. Quand on sait à quel point chaque logement créé compte à Genève, on imagine que l'opposition des CFF risque de susciter d'amères déceptions. D'autant que les logements de l'immeuble de la coopérative étaient déjà attribués. Les candidats sélectionnés ont donc reçu un courrier de la Codha les informant qu'il est «très probable que le développement des CFF remette complètement le projet en cause et le repousse dans le temps».

«On va se battre»

Président de la Codha, Eric Rossiaud est agacé: «Cela fait dix ans que l'on travaille là-dessus, c'est extraordinaire que les CFF aient attendu le moment où le quartier va naître pour s'y opposer! On va se battre pour réaliser le projet.»

Même surprise du magistrat Rémy Pagani, chargé de l'Aménagement municipal: «Je suis très étonné, je n'avais jamais entendu parler de la volonté des CFF de construire des nouvelles voies. Ils auraient dû sortir du bois avant. Mais nous allons discuter avec eux, nous avons d'excellentes relations», assure l'édile.

«Une question de réalisme»

A première vue, on a l'impression qu'il s'agit d'un combat de David contre Goliath, tant l'argument de la troisième voie est puissant. Porte-parole des CFF, Jean-Louis Scherz confirme que la régie fédérale «a formulé une opposition contre le projet immobilier Montbrillant-Grottes pour préserver la possibilité de développer la gare de Genève. Dans la perspective de la troisième voie entre Lausanne et Genève, nous devons augmenter les capacités d'acceptation des trains dans les gares terminales, précise-t-il. Du moment que l'on ouvre un chantier, il s'agirait de construire deux voies.»

De là à affirmer que la troisième voie est prévue pour demain, il y a un pas que les CFF se gardent de franchir. Mais Jean-Louis Scherz affirme que la régie fédérale «module les infrastructures par rapport à l'offre idéale. Or, le nombre de passagers entre Lausanne et Genève a connu un fort développement ces dernières années, et quand on voit le prix de l'essence, on peut imaginer que cela va continuer. Quand la troisième voie sera réalisée, il faudra bien pouvoir accepter les trains à Genève, qui est loin d'être en surcapacité», souligne le porte-parole des CFF.

Sur la surprise des acteurs impliqués dans le projet de quartier bloqué, Jean-Louis Scherz ne prend pas position. Il note seulement que «Genève préconise la réalisation du CEVA et de la troisième voie, mais cela ne va pas sans infrastructures. Il y a une question de réalisme: il faut savoir ce qu'on veut. Il faut bien se rendre compte que le développement urbain a des limites.»