Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
Image d’illustration. Après un accident fatal à Grancy, dans le canton de Vaud, 9 juin 2017.
© JEAN-CHRISTOPHE BOTT

trafic

Le nombre de morts sur les routes suisses a augmenté en 2017

Le bilan de l'année passée n'est pas réjouissant. Mais l'Office fédéral des routes souligne le fait que sur plusieurs années, la tendance est à la baisse

L'an dernier, 230 personnes ont perdu la vie sur les routes suisses, soit 14 de plus qu'en 2016. Cyclistes et motocyclistes ont été davantage victimes d'accidents mortels, contrairement aux piétons. On déplore en revanche moins de blessés graves (-131).

Malgré la hausse du nombre de morts sur les routes en 2017, les chiffres ont sensiblement diminué depuis 2013, fait savoir l'Office fédéral des routes (OFROU) mardi dans un communiqué. En 2013, on comptait 269 victimes d'accidents mortels, 243 l'année suivante, 253 en 2015 et 216 en 2016.

En décembre dernier: Neige et verglas causent de nombreux accidents et ralentissements

Baisse des blessés graves

La tendance est également à la baisse concernant le nombre de blessés graves, qui a passé de 4129 en 2013 à 3654 en 2017. Pour l'OFROU, cette évolution confirme l'efficacité des mesures de sécurité routière.

L'an dernier, 78 passagers de voitures ont été victimes d'un accident mortel, soit 3 de plus qu'en 2016. On dénombre 781 personnes grièvement blessées (-91).

Un mois de janvier mortel

Le nombre de morts et de blessés graves à bord de voitures a été particulièrement important en janvier 2017 (12 morts et 92 blessés graves). Cela s'explique la plupart du temps par un dérapage ou une perte de maîtrise du véhicule, le conducteur n'ayant souvent pas adapté sa vitesse à l'état de la route (pluie, verglas ou neige).

Lire également: Le salage hivernal peut-il causer des accidents?

Publicité
Publicité

La dernière vidéo suisse

Des gilets à 3000 francs pour l'armée suisse? Le débat divise le parlement

Le Conseil national a refusé de suivre l'avis du Conseil des Etats. Celui-ci voulait réduire de moitié la facture des nouveaux gilets de l'armée suisse. Il a été convaincu par les arguments du chef du DDPS, Guy Parmelin. La question reste donc en suspens.

Des gilets à 3000 francs pour l'armée suisse? Le débat divise le parlement

n/a