Europe

Le Nomes demande au Conseil fédéral de prendre position sur l'UE

Le Nouveau mouvement européen suisse a réitéré samedi son appel au Conseil fédéral à signer l'accord institutionnel avec l'UE. Il a par ailleurs remis le Prix de l’Europe à la conseillère aux Etats Liliane Maury Pasquier (PS/GE)

Lors de son assemblée générale à Berne, le Nouveau mouvement européen suisse (Nomes) a invité le Conseil fédéral à prendre ses responsabilités en matière de politique européenne, alors que la phase de consultation est terminée. «La situation actuelle démontre une indifférence irresponsable du gouvernement à l'égard des relations avec notre voisin le plus important, l'Union européenne», a-t-il tancé dans un communiqué.

Le mouvement considère que le Conseil fédéral doit urgemment faire preuve de leadership et montrer là où la Suisse doit aller. Il appelle les membres du gouvernement à faire leur travail et prendre clairement position dans le dossier européen.

Briser le tabou

Pour le Nomes, la question centrale est de savoir si le Conseil fédéral veut de l’accord institutionnel ou s’il souhaite mettre fin à la voie bilatérale. «Dans le cas où il devrait décider de ne pas signer l'accord, nous exigeons de connaître la voie alternative», a déclaré le coprésident du Nomes François Cherix.

Lire aussi: Ueli Maurer: «Parapher l'accord-cadre Suisse-UE avant les élections, ce serait le crash»

Le Nomes réclame un débat ouvert et honnête sur la forme que doivent prendre les relations entre la Suisse et l’Union européenne. «L'adhésion à cette dernière ne doit plus être un tabou», a ajouté François Cherix.

Engagement salué

A l'issue de l'assemblée générale, Liliane Maury Pasquier, conseillère aux Etats (PS/GE) et présidente de l'Assemblée parlementaire du Conseil de l'Europe, a reçu le Prix de l’Europe. Son engagement en faveur de l’idée européenne et sa contribution à la discussion sur la place et le rôle de la Suisse en Europe sont ainsi salués.

Lire aussi: Fin de partie autour de l’accord institutionnel

Le Nomes a finalement appelé ses membres ayant le droit de vote au niveau européen à renforcer les forces pro-européennes lors des élections du Parlement de Strasbourg des 23-26 mai prochains. Il s'agit de contribuer à la campagn. «We choose Europe» de l'Union des fédéralistes européens, dont il est membre.

Lire aussi: Suisse-UE: une avalanche de questions

Publicité