Vendredi 16 mars, le comité directeur du PDC suisse va débattre de l'opportunité de lancer un référendum contre la nouvelle loi relative à l'interruption de grossesse. La section genevoise du parti est quant à elle totalement opposée à bloquer le processus menant à la légalisation de l'avortement. «Ce serait un net retour en arrière, et nous ne souhaitons pas rallier la cohorte des plus conservateurs du pays», affirme le président du Parti démocrate-chrétien genevois, Patrick Schmied. Ce dernier avoue ne pas comprendre les velléités référendaires du PDC suisse. «C'est une manière cachée de culpabiliser l'avortement», ajoute-t-il.

Dans une lettre adressée au président du PDC suisse, Adalbert Durrer, la section genevoise estime que la question de l'avortement est, avant d'être une question étatique, du «ressort des femmes elles-mêmes». Elle juge d'ailleurs les structures d'accueil à Genève suffisantes pour répondre efficacement à cette problématique.