TRANSPORTS

Norwin K. Voegeli, le facilitateur suisse

Cet ingénieur bernois de 54 ans a monté sa propre société en Floride, United Rail. Il accompagne les sociétés intéressées par le marché américain

Norwin K. Voegeli est ce qu’on appelle un facilitateur, un ouvreur de portes. Ce Bernois de 54 ans a travaillé pendant douze ans chez Siemens, en Suisse, en Allemagne, dans le Sud-Est asiatique, en Afrique du Sud, en Australie, en Syrie, en Arabie saoudite et aux Etats-Unis. A New York, la multinationale allemande lui a confié la responsabilité de l’automatisation de la signalisation ferroviaire pour le transport de personnes. Destinée à renforcer la sécurité, cette transformation était d’autant plus nécessaire que de graves accidents de train avaient endeuillé le réseau nord-américain, à Los Angeles et à Washington.

Lire aussi: Les Suisses partent à la conquête du rail américain

Le potentiel des véhicules autonomes

Un jour, cet ingénieur formé à Berthoud, marié et père de deux enfants, grand amateur de kitesurf et de vélo, a eu envie de voler de ses propres ailes, ou plutôt de rouler sur ses propres rails. En Floride, où il réside avec sa famille, il a fondé sa propre société, United Rail, en 2012. Elle a son siège à Jacksonville et dispose d’une antenne au Canada, à Toronto. Elle figure sur la liste des 100 sociétés ayant enregistré la croissance la plus rapide en Floride entre 2016 et 2017.

Lire également: Les télécabines suisses percent dans les transports urbains aux Etats-Unis

United Rail accompagne les sociétés étrangères, notamment suisses, qui ciblent le marché américain, complexe et difficile, notamment à cause du Buy America Act, qui fixe des quotas minimaux de production sur sol américain. Il les représente aux Etats-Unis et leur apporte le soutien logistique nécessaire. Siemens est l’un de ses clients, Stadler également. Désormais, Norwin K. Voegeli tente aussi d’ouvrir la porte du marché américain à une innovation dont on parle de plus en plus en Europe: les véhicules autonomes. Il a conclu un partenariat avec CarPostal. «Nous souhaitons apporter cette expérience aux Etats-Unis. Le potentiel nous semble très grand», confie-t-il.

Publicité