Le démarrage du chantier de la ligne ferroviaire Cornavin-Eaux-Vives-Annemasse (CEVA) subit un nouveau blocage, toutefois considéré comme mineur. Le Tribunal fédéral (TF) interdit provisoirement l’abattage d’arbres au Val d’Arve, là où devrait être aménagé le portail du futur tunnel de Champel.

Mon Repos a accordé l’effet suspensif au recours de deux propriétaires d’une parcelle boisée, qui se plaignaient d’une atteinte irrémédiable au site et d’une destruction disproportionnée de leur forêt, relate l’ATS.

Chargée de communication de la CEVA, Caroline Monod a précisé à l’agence de presse que la décision du TF ne remet pas en cause les travaux qui ont été effectués ces derniers jours. Le chantier a commencé tout récemment avec l’enlèvement de voies ferrées à La Praille.

Le TF n’a pas encore statué sur les derniers recours des opposants au CEVA. L’effet suspensif leur a été refusé, sauf pour ce qui concerne le percement du tunnel de Champel.