France voisine

Nouveau plan de lutte contre la pollution dans la vallée de l’Arve

Le préfet de Haute-Savoie a présenté une série de mesures afin de réduire les concentrations de particules fines et d’oxyde d’azote dans cette région parmi les plus polluées de France

Santé publique France estime à 48 000 le nombre de personnes décédant chaque année dans l’Hexagone en raison de la pollution atmosphérique. Dans la vallée de l’Arve, 8% de la mortalité prématurée est attribuable aux particules fines, soit 85 décès chaque année. Constat que le préfet de la Haute-Savoie qualifie «d’inacceptable». Pierre Lambert a présenté lundi à Annecy le nouveau plan de protection de l’atmosphère (PPA) pour la vallée de l’Arve, région parmi les plus polluées de France où vivent 160 000 habitants. Les causes sont identifiées: le relief montagneux, qui limite la dispersion des substances nocives, une activité industrielle importante, un trafic routier intense (du fait surtout du tunnel du Mont-Blanc) et l’utilisation de chauffages anciens chez les particuliers (bois, charbon). «Réduire de 30% les concentrations annuelles de particules fines éviterait environ 45 décès par an, c’est l’un des objectifs du nouveau PPA», a indiqué le préfet.

Lire aussi: La vallée de l’Arve espère avoir une bouffée d’air frais

Après PPA1 (2012-2017), voici PPA2 (2018-2023), qui sera soumis dès le 10 décembre à une enquête publique. Selon Pierre Lambert, PPA1 a obtenu «des résultats quantifiés avec une baisse de 18% pour les particules en suspension et de 20% pour les oxydes d’azote». Le remplacement du parc automobile, l’amélioration de l’intensité énergétique dans l’industrie et la meilleure isolation des logements expliqueraient ces résultats contestés par les associations de protection de l’environnement, pour lesquelles «il reste beaucoup à faire, notamment dans le rééquilibrage du développement du transport routier vers le rail».

Une aide de 2000 euros pour changer les vieux chauffages

Une annonce majeure a été faite ce lundi, qu’Anne Lassman-Trappier, présidente d’Inspire, mouvement engagé dans la défense de la qualité de l’air, a qualifiée de point positif. Quelque 3500 vieux chauffages chez les particuliers seront remplacés via un fonds Air Bois, soit une aide publique aux particuliers de 2000 euros pour toutes les solutions de remplacement (solaire, géothermie). Pour ce qui concerne la pollution industrielle (16% des émissions de particules fines), le préfet a rappelé que la vallée est riche de quelque 600 entreprises (décolletage et autres), qui salarient 25 000 personnes (26% des emplois). Un secteur crucial pour la région. «Nous allons identifier les sites qui posent problème, quatre sont déjà soumis à une surveillance renforcée de leurs rejets dans l’air. Un diagnostic de tous les établissements sera posé», a souligné Pierre Lambert. Les entreprises s’engageant à aller au-delà des valeurs réglementaires en matière d’émission de polluants pourront être subventionnées.

Les transports, principal pollueur

Autre annonce: une offre ferroviaire améliorée (100 millions d’euros seront investis). En accord avec les partenaires italiens des autorités haut-savoyardes, l’accès au tunnel du Mont-Blanc des poids lourds les plus polluants (Euro III et Euro IV en 2019) sera interdit. Le gouvernement français continue par ailleurs de s’opposer au doublement du tunnel. Le covoiturage et l’accès aux gares (P+R, parkings à vélos) seront développés. Mesures qu’Anne Lassman-Trappier juge insuffisantes. Elle rappelle que le dioxyde d’azote est un polluant émis majoritairement par les transports en France «et à hauteur de 70% dans la vallée de l’Arve». Par ailleurs, l’autorisation accordée à la réalisation du futur tronçon autoroutier Thonon-Machilly fâche avant la mise en circulation du RER transfrontalier Léman Express fin 2019 «conçu justement pour poser sa voiture».

Aucun représentant du gouvernement genevois n’a été invité ce lundi à Annecy. «Ce plan sera adressé au président du Conseil d’Etat», a précisé Pierre Lambert. Qui s’est réjoui de l’adoption vendredi par le parlement genevois d’une vignette automobile dans le Grand Genève, qui en cas de pics interdira de circulation les véhicules les plus polluants.

Publicité