La Cour de justice n’a pas voulu prendre le risque d’une nouvelle récusation et d’une interruption de procès comme dans le dossier BCGE. Un nouveau tirage au sort des jurés potentiellement appelés à siéger au mois de décembre pour la dernière session d’Assises de l’histoire de la justice genevoise – le nouveau code 2011 verra la disparition du jury populaire – a été opéré ce matin en audience publique. Il est destiné à remplacer le premier tirage du 25 mai 2010, effectué par le même magistrat et dans les mêmes conditions que pour former le jury de la BCGE. Pour éviter l’allégation de toute nouvelle suspicion, le juge Jacques Delieutraz, qui devait aussi présider le dernier grand procès de la session – une délicate affaire d’assassinat et de viols impliquant un accusé péruvien – a été remplacé par sa collègue Alessandra Cambi.

C’est le courrier d’une partie civile, inquiète des possibles conséquences d’un tirage non conforme sur le procès depuis l’arrêt rendu par le Tribunal fédéral dans l’affaire BCGE, qui a alerté la Cour. Le vice formel – la nécessité d’une audience publique – a été réparé et le président écarté sans examen de la liste proprement dite.