Tous les autres cantons ont déjà élu leurs représentants. Pour l'heure, le Conseil des Etats se compose de 12 PDC, 11 PLR, 9 PS, 5 UDC, 4 Verts et un indépendant. Le PBD a fait ses adieux au Conseil des Etats. La Chambre des cantons devrait rester un bastion de la droite.

En Argovie, les deux sièges de sénateur sont toujours inoccupés. Le PLR Thierry Burkart, premier du premier tour, a toutes ses chances. Il affronte Hansjörg Knecht (UDC) et la verte Ruth Müri. Le socialiste Cédric Wermuth s'est désisté en faveur de son alliée pour permettre l'élection d'une femme de gauche face à deux hommes de droite. Le PDC reste aussi dans la course avec Marianne Binder-Koller.

Lire aussi: Le groupe du centre en position d’arbitre

L'unique siège de Bâle-Campagne sera féminin. Daniela Schneeberger (PLR) et Maya Graf (Verts), arrivées en tête il y a un mois, s'affrontent en duel. Le PS qui tenait ce fauteuil depuis douze ans n'a pas réussi à le défendre.

En terre schwyzoise, la bataille pour le deuxième siège devrait se jouer entre Pirmin Schwander (UDC) et Othmar Reichmuth (PDC). Troisième dans la course, Honorata Züger, une Suissesse de l'étranger, n'a guère de chance de rejoindre Alex Kuprecht (UDC), élu au premier tour.

Le PS cède du terrain

Le parti socialiste n'a plus de candidat en lice et son bilan est donc définitif. Il a perdu trois sièges dont deux cédés aux vertes Céline Vara à Neuchâtel et Adèle Thorens dans le canton de Vaud.

La députation romande comptera beaucoup de nouvelles têtes. Il n'y aura plus que trois sortants. A Fribourg, le démocrate-chrétien Beat Vonlanthen a été éjecté par Johanna Gapany (PLR), qui à 31 ans, devient la plus jeune sénatrice. Chaque canton romand enverra un ticket mixte. PLR, PDC, PS et Verts compteront chacun trois représentants.

A Glaris, le vert Mathias Zopfi a créé la sensation en éjectant le sénateur sortant Werner Hösli (UDC). La présidente du parti écologiste, Regula Rytz, n'a quant à elle pas réussi son pari. Elle siégera néanmoins en tant que conseillère nationale.

Lire aussi: En allant au casse-pipe, Regula Rytz veut secouer le cocotier (magique)

A la surprise générale, le PDC tessinois Filippo Lombardi a cédé son siège à Marina Carobbio (PS) pour 45 voix. Grâce à son élection, au moins douze femmes siégeront au Conseil des Etats.

Raz-de-marée vert au National

Les Verts et les Vert'libéraux ont été les grands gagnants de l'élection du Conseil national le 20 octobre. Les Vert'libéraux ont connu une progression spectaculaire, avec 9 mandats supplémentaires (16). Le parti écologiste fait encore mieux: il remporte 17 sièges supplémentaires pour un total de 28.

Lire aussi: Ces cantons épargnés par la vague verte (et violette)

Grâce à cette vague, le camp rose-vert progresse. Il détient désormais 69 sièges, contre 55 en 2015. Mais le PS a lâché 4 sièges dans la bataille et doit se contenter d'une députation à 39, un score historiquement bas.

Les autres partis gouvernementaux ont aussi subi un coup d'arrêt. L'UDC a perdu 12 sièges. Mais avec 53 députés, elle reste le plus grand parti au National. Le PLR a cédé 4 mandats (29). UDC et PLR ont ainsi perdu la majorité de 101 voix qu'ils détenaient avec les Léguistes et le MCG.

Le PDC devra faire avec trois élus en moins (25). Le PBD subit une claque, sa députation passant de 7 à 3.