Transports

Le nouvel horaire des CFF inquiète le canton de Vaud

Les Romands vont bénéficier de la nouvelle grille de l’ex-régie fédérale. Des travaux viendront toutefois perturber le réseau. 3,2 milliards de francs seront investis dans l’entretien et l’extension du réseau. L’exécutif vaudois est inquiet

La Suisse romande bénéficiera en priorité du nouvel horaire 2018 des CFF dès le 10 décembre. Mais il faudra compter avec des restrictions dues aux travaux. Chaque année jusqu’en 2020, 3,2 milliards de francs seront investis dans l’entretien et l’extension du réseau.

Lire aussi: Un été sans trains sur la ligne Lausanne-Berne

Les voyageurs de Nyon (VD) et Morges (VD) bénéficieront dès le 10 décembre 2017 d’une liaison directe vers Berne, tandis que ceux de Palézieux (VD) et Romont (FR) auront le même avantage vers Genève. L’interregio Genève-Aéroport-Lucerne s’arrêtera en effet nouvellement dans ces quatre villes, ont indiqué vendredi les CFF dans un communiqué précédant leur conférence de presse. Davantage de places assises seront offertes avec les compositions duplex de type IC2000.

Lire aussi: Les CFF veulent investir 22,5 milliards de francs dans la mobilité du futur

Autres bénéficiaires, les pendulaires et voyageurs reliant le Valais à Genève. Les InterRegio y circuleront à la cadence horaire sans plus s’arrêter entre Lausanne et Genève. Le temps de parcours entre le Valais et Genève s’en trouvera raccourci de 11 minutes, soulignent les CFF.

Le canton de Vaud inquiet

L’horaire 2018 «permet de réintroduire, pour Palézieux, des liaisons directes vers Genève, Fribourg et Berne», se réjouit le canton de Vaud dans un communiqué. Il augmente aussi le nombre de places assises et confirme le fort développement du RER Vaud avec la mise en service de la cadence 30 minutes sur la Broye.
L’exécutif vaudois craint toutefois que les inconvénients ne dépassent les avantages. L’horaire 2018 introduit «une rupture de correspondances une fois sur deux avec la ligne du Simplon», assure-t-il. Selon lui, il ne sera plus possible, par exemple, de se rendre deux fois par heure depuis le Chablais jusqu’à Berne.
Le canton espère que le nouveau concept de desserte de la ligne Lausanne-Berne ne se traduise pas par une perte de son attractivité. Et de préciser encore que l’horaire introduit sur cette ligne «une augmentation des temps de parcours de six minutes pour un train longue distance sur deux».

3,2 milliards par an

Consciente que son réseau est fortement sollicité, l’ancienne régie fédérale annonce en outre un effort d’investissement. Avec, chaque jour, près de 10 000 trains qui transportent quelque 1,25 million de voyageurs, la tendance est à la hausse. Ainsi l’ex-régie prévoit d’investir près de 12,8 milliards de francs dans l’entretien et l’extension du réseau jusqu’en 2020.

Dans tous les cas, les travaux causent des désagréments. Les CFF ont ainsi décidé de préserver autant que possible la stabilité des horaires aux heures de pointe. Ainsi, ils prolongent les créneaux horaires de nuit pour les travaux de construction et de maintenance. Par exemple, le secteur Lucerne-Olten-Bâle-Zurich sera réduit du dimanche au jeudi dès 22h.

Sur le tronçon Lausanne-Puidoux, les CFF vont même encore plus loin en fermant totalement les voies. Le travail étant dans ces conditions plus efficace, la durée des travaux, donc des restrictions, sera ramenée de huit mois à sept semaines, tandis que les coûts seront réduits de 46 millions à 27 millions.

Le projet d’horaire 2018 sera mis en ligne dès le lundi 29 mai. Les usagers pourront transmettre aux services cantonaux chargés des transports publics toute demande ou remarque jusqu’au 18 juin, au moyen du formulaire joint. Les autorités les examineront et en tiendront compte le cas échéant, notent les CFF.

Publicité